/news/politics
Navigation

Pierre Karl Péladeau répond à Catherine Dorion

Pierre Karl Péladeau répond à Catherine Dorion
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de la direction et propriétaire de Québecor, Pierre Karl Péladeau, a commenté, jeudi, à QUB radio, son échange médiatisé avec la députée de Québec solidaire Catherine Dorion.  

Au micro de Mario Dumont, jeudi, M. Péladeau est revenu sur la réponse qu’il a donnée mercredi à la députée de Taschereau. 

«Elle avait deux minutes et quart. Pendant deux minutes, elle est intervenue. C’est ce que j’ai appelé se donner en spectacle. Ce qu’elle raconte, j’en sais rien du tout. Ce que je sais, par contre, quand on dit [que l’autocensure est] une culture d’entreprise, je pense qu’on est complètement à côté de ses pompes», a-t-il expliqué.

Par ailleurs, M. Péladeau a tenu à rappeler que les médias de Québecor offrent une très grande diversité d’opinions. 

«S’il y a quelqu’un, une organisation, susceptible d’offrir la liberté la plus élargie et les points de vue les plus différents, je pense que c’est Québecor. Il va y avoir des syndicalistes, il va y avoir des fédéralistes, il va y avoir des souverainistes, il va y avoir des gens de droite de l’Institut économique de Montréal, il va y avoir même Catherine Dorion qui a blogué de nombreuses années», a-t-il ajouté. 

ÉCOUTEZ le segment complet de Pierre Karl Péladeau, jeudi, à QUB radio :

Lors de son passage à la commission parlementaire sur l’avenir des médias de M. Péladeau, mercredi, Catherine Dorion a raconté son expérience à titre de blogueuse pour Le Journal d’août 2016 à mars 2018. 

Elle a déclaré qu’un cadre lui avait indiqué, lors de trois moments distincts, qu’elle ne pouvait parler de Pierre Karl Péladeau, qu’elle ne pouvait pas critiquer les autres chroniqueurs de l’entreprise et qu’elle ne pouvait pas «mordre la main qui [la] nourrit». 

M. Péladeau croit qu'attaquer un collègue n'est pas plus permis ailleurs. Il a évoqué la fin de la collaboration de l'élue avec le FM93, en avril dernier, parce qu'elle avait écorché son collègue Éric Duhaime.  

«Mme Dorion a tenté de faire la même chose alors qu'elle était commentatrice dans une station de radio de Québec et elle s'est fait mettre dehors. On ne peut pas tirer dans son entreprise sur ses collègues de travail», a-t-il dit.

Jeudi, la députée de Québec solidaire a renchéri en déclarant qu’elle croyait qu’une «culture d’autocensure» régnait chez Québecor.