/opinion/blogs/columnists
Navigation

Traiter de racistes les pro-laïcité ?

Laïcité: ne retirons pas les enfants des classes !

Traiter de racistes les pro-laïcité ?

Coup d'oeil sur cet article

 

 

Vous avez entendu parler de cette histoire : Le Devoir révèle qu’un père de Rosemont a demandé que son enfant soit sorti d’une classe où enseigne une prof voilée, invoquant la loi 21 sur la laïcité qui prévoit que les Québécois ont droit à un enseignement laïc. 

https://www.ledevoir.com/societe/education/561076/la-csdm-fera-respecter-la-loi-sur-la-laicite  

Un des commissaires scolaires, dans ce même article, traite le père de raciste. « Il voit là l'expression d'un « racisme » devenu décomplexé par la loi sur la laïcité ». 

Dans une réponse cinglante, Nadia El Mabrouk, Ensaf Haidar et d’autres, ont publié une lettre au Devoir, dénonçant les accusations de racisme et réclamant le droit de retirer un enfant de la classe d’un enseignant portant un signe religieux, au nom de la liberté de conscience des enfants. 

https://www.ledevoir.com/opinion/lettres/561486/au-sujet-du-respect-de-la-liberte-de-conscience-de-nos-enfants  

 

Dans la journée hier, le ministre Roberge a été clair : il est hors de question de permettre aux parents de retirer leur enfant d’une classe où travaille un prof portant des signes religieux. 

 

https://www.tvanouvelles.ca/2019/08/28/enseignante-voilee-les-parents-ne-pourront-pas-retirer-leur-enfant  

 

Mais on apprend aujourd’hui qu’une autre lettre, co-signée par nul autre que Charles Taylor, sera publiée demain par Le Devoir, pour appuyer l’enseignante et dénoncer les "dérives" de la loi 21. 

 

 

J’ai beau être une fervente défenseur de la laïcité, une fan de la première heure de la loi 21, je ne pense pas qu’il soit pertinent de demander à sortir notre enfant d’une classe où travaille un enseignant portant des signes religieux. Pourquoi ? À cause de la cause grand-père.  

Si le gouvernement a prévu que les profs étant déjà à l’emploi du gouvernement peuvent continuer à porter leur signes religieux, on s’en accommode. C’est la loi.  

Si ces enseignants ont le droit d’enseigner avec leurs signes, on ne va pas leur reprocher de porter leurs signes, c’est absurde. Et selon moi, c’est contre-productif. Car cela présente les tenants de la laïcité comme des gens intransigeants qui s’en prennent aux individus plutôt qu’au principe même d’une loi légitime et juste. 

 

Cela étant dit, je me suis un peu étouffée dans mon espresso court ce matin quand j’ai entendu à Ici première Patrick Masbourian demander à Nadia El Mabrouk, au sujet du père qui a voulu retirer son enfant d'une classe avec une enseignante voilée : "Est-ce que l’enfant en question, ça le dérange d'avoir une enseignante qui porte le voile ?".  

Cher Patrick ! Quelle question tordue ! Voir si on va demander à un mineur de se prononcer sur une question aussi grave qu’un principe politique sur lesquels des adultes ont de la difficulté à s’entendre.  

La question n’a jamais été de savoir si les tinenfants aimaient ça se faire enseigner par des profs portant des signes religieux. On ne leur demande pas de savoir si ils les trouvent « fins » ou « pas fins ». C’est déplacer le débat à un niveau personnel, émotif, sentimental au lieu de la maintenir à un niveau légal, social, politique et rationnel. 

 

La laïcité est un « principe ». Pas un truc gnan gnan qui fait état de bons sentiments à la Passe-partout. « Tu la trouves gentille Fatima ? Tu le trouve joli son foulard noir ? Et le petit chapeau rond de Jacob, tu le trouves mignon ? Et le turban de Jagmeet, tu le trouves plus joli en rose ou en jaune ? »