/entertainment/music
Navigation

Raise Vibration Tour: Lenny Kravitz, un showman incontestable

Coup d'oeil sur cet article

Lenny Kravitz n’a rien perdu de son pouvoir de séduction. De passage à Montréal, vendredi soir, dans le cadre de sa tournée Raise Vibration, il a rapidement mis les 6000 spectateurs du centre Bell dans sa poche.

Dès son apparition, sur une scène surélevée enveloppée de fumée, le public l’a acclamé. Jeans affutés, veste de cuir claire, lunettes noires et afro en bataille, Lenny Kravitz semble l’incarnation du charme et du sex appeal. Son charme est intact, et il en use avec une délectation non feinte. Sa voix chaude et sa démarche chaloupée électrisent toujours autant le public, quel que soit le genre.

En ouvrant avec We Can Get It All Together, il commence fort, et il va tenir le rythme pendant près de deux heures. La voix et l’énergie sont toujours semblables, comme si le temps n’avait aucune prise sur lui.

Ont suivi Fly Away et Bring it on. On oublie parfois que Lenny Kravitz a été une machine à succès, avec onze albums et près de 40 millions de disques vendus dans le monde.

Martin Chevalier / JdeM

American Woman en version rock a été plébiscité par le public, mais le summum a été atteint lorsqu’il en a fait une version reggae, supportée par une section de cuivres hallucinante, qui se termine en mashup avec Get Up Stand Up de Bob Marley.

Fidèle à lui-même, le chanteur de 55 ans a parsemé sa performance de messages d’ouverture, de paix et d’amour autant envers les autres qu’envers soi-même.

Tout en douceur, avec seulement sa voix grave et un clavier très discret, il a merveilleusement attaqué It Ain't Over 'Til It’s Over avant que le reste du groupe ne le suive, alors que le public reprenait le refrain avec entrain. Un magnifique moment.

Tout au long de la soirée, le New-Yorkais de naissance va puiser des chansons dans ses différents albums, se promenant à travers les styles musicaux avec une homogénéité bluffante.

Martin Chevalier / JdeM

Côté musical, le chanteur et musicien sait visiblement bien s’entourer. Les quatre musiciens qui l’entourent (le guitariste Craig Ross, le batteur Franklin Vanderbilt, la claviériste George Laks et la bassiste Gail Ann Doorsey, qui a longtemps joué avec David Bowie, et qui a été ovationnée par le public) sont tout simplement prodigieux.

En route vers la fin du show, Kravitz n’avait pas épuisé toutes ses munitions. Mr Cab Driver, Bank Robber Man et Where Are We Runnin'? ont devancé l’énorme Are You Gonna Go My Way, sorte de feu d’artifice final.

Seul regret de la soirée, l’absence d’écrans géants autour de la scène pour avoir un sentiment de communion plus intime.

Lenny Kravitz fera une seconde halte québécoise, ce samedi, à l’amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.