/misc
Navigation

Le Québec, paradoxe électoral!

Coup d'oeil sur cet article

 Non, mais ils sont durs à suivre ces Québécois ! 

 Laïcité... 

 Considérons ceci ; le Québec sort à peine de sa dernière élection provinciale au cours de laquelle il a porté au pouvoir la CAQ de François Legault. Changement de paradigme politique s’est-on écrié. Exit les partis de gouvernance des 50 dernières années que sont le PLQ et le PQ. 

 Et l’une des promesses phares de la CAQ ? Légiférer dans le sens de la laïcité institutionnelle. La loi 21. Et on est en plein là-dedans, maintenant. Jusqu’au trognon. 

 Indiscutablement, c’est le dossier politique et social le plus important, celui dont on parle le plus au Québec depuis l’élection de François Legault. 

 Surtout, à 65-70 % d’appui en faveur de la laïcité, une rare question qui réussit à fédérer autant de Québécois. 

 ... et Justin Trudeau ? 

 Donc pour bien marquer le coup, ce Québec de paradoxes, ce Québec qui réussit à aimer en même temps René Lévesque et Robert Bourassa, eh bien voilà qu’il s’entiche de qui ? 

 De Justin Trudeau. Oui, oui ! Il n’y a pas un autre endroit au Canada où il est moins aimé, le fils de l’autre. 

 Ce n’est pas moi qui le dis ; c’est le plus récent sondage Angus Reid sur les intentions de vote au fédéral : « Les conservateurs jouissent d’une avance significative en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba. En Ontario, en Colombie-Britannique et dans les provinces maritimes, la lutte est serrée. Les libéraux sont largement en avance au Québec. » 

 Le salut électoral de Justin Trudeau passera-t-il par la province honnie qui ose rompre avec le multiculturalisme ? Ce multiculturalisme qui lui coule dans les veines et auquel il tient tant ? Ça se pourrait fort bien. 

 Yvon Deschamps avait si bien saisi ce paradoxe québécois... « le vrai Québécois sait qu’est-ce qu’y veut. Pis qu’est-ce qu’y veut, c’t’un Québec indépendant, dans un Canada fort ! » 

 Aujourd’hui, on dira qu’il veut un Québec laïque dans un Canada multiculturel !