/news/consumer
Navigation

Taco Fest: la gastronomie mexicaine comme vous ne l’avez jamais vue

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Que ce soit pour faire la fiesta au son des mariachis ou pour découvrir de nouvelles saveurs, quelques milliers de personnes sont attendues pendant la longue fin de semaine au Vieux-Port de Montréal pour le Taco Fest, où l’on se plaît à réinventer la cuisine mexicaine.

Poutine à la salsa, taco à la crème glacée, à l’ananas ou encore à la sauce tartare: il y en a décidément pour tous les goûts, au Taco Fest, qui existe depuis trois ans à Toronto, mais qui en est à sa première année à Montréal.

Parmi la quinzaine de kiosques de restaurateurs locaux et du Canada anglais, celui de Dope As Duck, un camion de bouffe de rue de Toronto, est de loin le plus couru.

«Les gens avaient déjà entendu parler de nous grâce aux réseaux sociaux. Ils viennent surtout pour notre taco au canard», a remarqué le propriétaire, Raymond Costain.

Une journée phare pour les passionnés de cuisine

Assaisonné à la sauce aïoli et au Cheetos, le maïs de rue de Dope As Duck a également fait fureur chez les festivaliers, mais il était «un peu piquant», au goût de Frédérique Benedicto, qui a tout de même apprécié les découvertes qu’elle a faites au fil de la journée.

Audrey-Rose Charlebois, elle, a eu un coup de cœur pour le kiosque du resto montréalais Kwizinn, qui concocte un burger dans lequel la boulette n’est pas enrobée de pain, mais bien de deux galettes de banane plantain.

«C’est sûr qu’on est venus pour la bouffe, mais aussi pour la tequila», a-t-elle ensuite plaisanté, entre deux bouchées.

Un grand succès pour une première fois

Les organisateurs attendent 12 000 personnes durant les trois jours du festival. Ceux qui désirent participer aux festivités de dimanche et lundi doivent cependant faire vite. Samedi, des centaines de personnes ont dû être refoulées parce que le site était déjà complet.

Devant un tel succès, l’entreprise torontoise Cravings Food prévoit déjà répéter l’expérience dans la métropole l’an prochain.

«Je pense que les tacos ont toujours été très populaires, mais ils le sont de plus en plus parce qu’ils sont sans gluten, comme ils sont préparés avec de la farine de maïs plutôt que de la farine de blé», a observé Marielvi Falvinio, propriétaire du camion de rue Elvita’s de Montréal, qui s’amuse à adapter la cuisine traditionnelle mexicaine à la sauce vénézuélienne.

Tous ces mélanges de saveurs ne dénaturent pas pour autant la gastronomie de son pays, assure Axel Mendoza, installé à Montréal depuis quelques années.

«Au contraire, pour nous, les Mexicains, la nourriture est tellement importante que l’on est contents de voir qu’elle a du succès ailleurs», a-t-il assuré en dégustant son burrito.