/travel/destinations
Navigation

«Voyager est dans mon ADN»

Paysage féérique à Dalbikurbigoo en Islande
Photo courtoisie, Pierre Bruneau Paysage féérique à Dalbikurbigoo en Islande

Coup d'oeil sur cet article

Difficile de nommer un pays dans le monde où Pierre Bruneau n’est pas allé. Il a même vu Ushuaia, la ville la plus australe de la planète, tout au bout de la Terre de Feu, en Argentine : « Lors d’une fête que TVA couvrait, pour la retraite de René Lévesque de la vie politique en 1985, le politicien a prononcé des paroles qui m’ont fait réfléchir. Il invitait les jeunes à faire le tour du monde, pour constater à quel point le Québec est extraordinaire — tout en réitérant l’importance de s’ouvrir aux autres cultures », dit-il. De retour à la maison, Pierre Bruneau a dit à sa femme qu’ils ne seraient jamais riches, mais que désormais, ils voyageraient...

Devant un lac rose en Australie, plus particulièrement le Pink Lake dans l’ouest de l’Australie, à Goldfield-Esperance.
Photo courtoisie, Pierre Bruneau
Devant un lac rose en Australie, plus particulièrement le Pink Lake dans l’ouest de l’Australie, à Goldfield-Esperance.

 

Considérez-vous être un grand voyageur ?

Je me plais à dire que le voyage fait partie de mon ADN. Chaque année, avec ma femme Ginette, nous effectuons deux grands voyages pour la détente et le plaisir. D’autre part, j’ai fait plusieurs voyages extraordinaires en lien avec ma fondation (Fondation Charles-Bruneau). Comme l’escalade du Kilimandjaro à deux reprises, le camp de base de l’Everest, le Machu Picchu par la route des Incas, et même la Grande Muraille de Chine en empruntant la partie la moins touristique.

Pierre Bruneau en Tasmanie.
Photo courtoisie, Pierre Bruneau
Pierre Bruneau en Tasmanie.

Parlez-nous de votre grand coup de cœur pour l’Islande...

J’ai fait un grand road trip de trois semaines à travers le pays. C’est l’une des destinations qui m’a le plus dépaysé, car on y trouve à la fois de magnifiques chutes, des glaciers, des fjords, des geysers, et des plages de sable noir. Tout ce que l’on verrait normalement en cinq voyages différents, mais tous regroupés dans un même et seul pays ! Pour moi, l’Islande est un vrai paradis sur terre. Quand j’y étais, à l’été, il faisait clair presque 24 heures sur 24. Je me souviens d’avoir vu en pleine période des foins, des balles de foins enveloppées de plastique rose. J’avais l’impression de me retrouver devant des guimauves géantes. Un délice pour les yeux ! Et que dire des couchers de soleil : sublimes !

Vous avez séjourné en Océanie, en Afrique du Nord, en Israël, en Égypte, en Turquie, en Syrie, la liste est longue... Mais vous aimez découvrir aussi des villes, comme Chicago, par exemple.

J’ai eu un vrai coup de cœur pour cette ville. On m’avait suggéré de faire la croisière architecturale sur la Chicago River, mais on m’en avait tellement parlé que j’ai eu l’impression de déjà vu. C’est plutôt le légendaire Wrigley Field (stade de baseball des Cubs de Chicago) et ses environs que j’avais envie de découvrir. Ça m’a complètement renversé de voir un stade rempli au maximum de sa capacité ! Je ne me souviens même pas si l’équipe des Cubs a gagné. Je regardais le match de manière plutôt distraite, heureux de me retrouver dans l’enceinte de ce stade mythique à observer les fans et à sentir toute la frénésie qui y régnait ! La fameuse boîte de nuit de blues du musicien Buddy Guy nous a aussi beaucoup plu. À mon avis, un incontournable à Chicago.

Rome est une ville où Pierre Bruneau habiterait volontiers.
Photo courtoisie, Pierre Bruneau
Rome est une ville où Pierre Bruneau habiterait volontiers.

Vous qui avez voyagé partout à travers le monde, où pourriez-vous vous installer ailleurs qu’au Canada ?

À Melbourne en Australie, une belle grande ville portuaire qui m’a rappelé Montréal et où je me suis reconnu ! La ville s’est développée le long de la mer, et j’ai beaucoup aimé ses plages urbaines, car j’ai senti qu’elles appartenaient aux citoyens ! Pour son architecture, sa qualité de vie et ses habitants, Barcelone m’a également beaucoup plu. Quant à Rome, j’y déménagerais demain matin. Surtout pour la simplicité des gens. Enfin, j’ai beaucoup aimé l’ambiance festive de Rio et sa fameuse plage de Copacabana bordée de montagnes, et bien sûr, ce téléphérique qui mène jusqu’au sommet du Pain de Sucre. Une ville superbe !

Quel pays vous a le plus dépaysé ?

L’Argentine, mais en Terre de Feu pour me rendre à Ushuaia, la ville la plus australe de la planète. Pendant plusieurs jours, je n’avais aucune communication, et je me disais qu’il n’aurait pas fallu qu’il m’arrive un malheur, car j’étais vraiment à l’autre bout du monde ! On arrivait des Malouines, il faisait froid et le vent était très fort ! Et j’ai soudainement réalisé à quel point la terre est grande, mais qu’en fin de compte, peu importe où l’on se trouve, les valeurs fondamentales restent les mêmes...

Paysage féérique à Dalbikurbigoo en Islande
Photo courtoisie, Pierre Bruneau

Quels sont vos prochains voyages en liste ?

L’an prochain, nous comptons visiter l’Amazonie sur un petit bateau non polluant, de 8 chambres. Quand on voyage, on essaie de faire des choix pour limiter notre empreinte écologique.

Au début des années 90, j’ai visité le Japon. J’ai envie d’y retourner. Nous ferons une croisière qui nous mènera dans ce pays, mais aussi en Corée du Sud, en Russie, en Alaska, pour se terminer à Vancouver.

Le parc National Serengeti en Tanzanie.
Photo courtoisie, Pierre Bruneau
Le parc National Serengeti en Tanzanie.

Une belle croisière d’un mois, semble-t-il ?

C’est exact. Elle s’arrêtera plusieurs fois, pour explorer et découvrir d’autres cultures. Je préfère prendre mon temps en voyage. Je n’essaie pas de visiter toutes les capitales d’Europe en quelques jours ! Je suis un contemplatif, ne me parlez pas d’avoir un horaire à la seconde près ! Les fjords de Norvège sont aussi au menu pour l’été prochain ! Je préfère surtout ­contempler la nature, elle me transporte chaque fois !


► Pour en savoir plus, suivez notre collaboratrice Marie Poupart sur Facebook