/24m/city
Navigation

Terrains contaminés au parc Baldwin: le procès s’amorce mardi

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Un procès opposant des Montréalais qui reprochent à la Ville d’avoir omis d’informer la population que leur résidence était bâtie sur un ancien site d’enfouissement de déchets s’ouvrira mardi à Montréal.

La Ville avait, selon eux, cette information en main, mais elle ne l’aurait pas dévoilée. Ils réclament environ 5 M$ en guise de dédommagement.

Au courant du 19e siècle et jusqu’au début des années 1900, de l’argile était exploitée dans les environs de l’actuel parc Baldwin, afin de fabriquer des briques.

Entre 1907 et 1924, ce terrain a ensuite été utilisé comme dépotoir par la Ville de Montréal pour remblayer l’ancienne exploitation d’argile. Pendant plus de 15 ans, on aurait déposé dans cette ancienne carrière des cendres toxiques, provenant vraisemblablement des navires du port de Montréal, ainsi que des ordures ménagères. C’est ce qui aurait contribué à la contamination du sol, selon les plaignants.

Le parc Baldwin a ensuite été aménagé par-dessus ce dépotoir.

En 2006, la Ville a interdit la culture de fruits et légumes dans le jardin communautaire du parc Baldwin, car la concentration de métaux lourds dans la terre est telle qu’elle représentait un risque pour la santé.

Le fait que la Ville connaissait, selon les plaignants, l’existence du site d’enfouissement, les risques que cela impliquait et l’impact sur la valeur marchande des immeubles construits sur cet ancien dépotoir fera l’objet de débats dès mardi au palais de justice de Montréal.