/news/transports
Navigation

Demande d’intervention depuis 10 ans

Coup d'oeil sur cet article

La Ville d’Ascot Corner réclame depuis des années que le ministère des Transports modifie les endroits dangereux de la route 112, où deux hommes sont morts mardi, en vain.

« Ça n’a pas de sens que le ministère des Transports attende qu’il y ait des morts avant de faire quelque chose », déplore Nathalie Bresse, mairesse depuis une décennie.

« On demande depuis plus de dix ans d’améliorer ce secteur et on lève des drapeaux, mais on ne semble pas être pris au sérieux, » ajoute-t-elle.

Intersection problématique

Selon elle, il existe une énorme problématique à l’angle du chemin Paul et de la route 112, sur laquelle près de 18 000 voitures circulent tous les jours.

« C’est difficile de s’engager en direction du chemin Paul lorsqu’on circule sur la route 112, en raison de la [limite] de vitesse de 90 km/h », explique Mme Bresse, qui mentionne que plusieurs accrochages surviennent à cet endroit.

La Municipalité souhaite qu’une voie de protection ou qu’un feu de circulation soit installé.

C’est lundi après-midi, alors qu’il pleuvait abondamment, que Dominic Lemieux-Richard, 23 ans, et Christophe Thivierge, 20 ans, sont décédés dans une collision à quelques mètres de l’intersection problématique. Deux autres personnes ont aussi perdu la vie sur cette route en 2010 et en 2017.

Pétition

En octobre 2018, une pétition signée par 300 citoyens de ce secteur a été déposée au conseil municipal d’Ascot Corner afin de rendre l’endroit plus sécuritaire.

« Le nombre d’usagers effectuant un virage à gauche ainsi que le taux d’accidents ne permettent pas de justifier l’aménagement d’une voie de virage à gauche à l’approche est », peut-on lire dans une lettre du ministère à la Ville datant du 5 août dernier, en réponse à cette pétition.

Par courriel, l’attachée de presse du ministère des Transports, Sarah Bigras, a indiqué que le ministère « attend les résultats de l’enquête, qui pourront indiquer les causes de l’accident. Le ministère collabore avec les différents intervenants, dont la Municipalité, pour assurer la sécurité de l’intersection ».