/sports/football/alouettes
Navigation

L’équipe de la résilience

Les Alouettes ont confondu les sceptiques en première moitié de saison

SPO-ALOUETTES-ROUGE-NOIR-CFL
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Sans faire de bruit, les Alouettes ont retrouvé le chemin du succès durant la saison estivale. Pour la première fois en plusieurs années, on peut enfin voir la lumière au bout du tunnel.

Lors de leurs neuf premiers matchs de la campagne, les Montréalais ont maintenu une fiche de 5-4 et se retrouvent maintenant au deuxième rang de la section Est derrière les Tiger-Cats de Hamilton (9-2). C’est la première fois depuis 2012 qu’ils jouent au-dessus de ,500.

L’attaque produit à un excellent rythme alors que la défense fait le travail dans les moments opportuns. Les unités spéciales abattent aussi du bon boulot. C’est assez surprenant.

Les Alouettes sont capables de livrer de bonnes performances malgré des conditions de travail qui ne sont pas optimales depuis le premier jour de la campagne.

On parle d’une formation qui n’a plus de propriétaire depuis le 31 mai. Une équipe qui a congédié son entraîneur-chef (Mike Sherman) seulement quelques jours avant le premier botté de la campagne. Sans compter qu’elle a congédié son directeur général (Kavis Reed) après seulement quatre matchs disputés en 2019.

Il aurait été facile pour les joueurs de jeter l’éponge après les deux premiers revers de la saison. Toutefois, c’était mal connaître leur force de caractère.

Comment cette équipe a-t-elle pu s’accrocher ? Le Québécois Martin Bédard a sa petite idée sur la question.

« L’esprit d’équipe est vraiment solide, a-t-il indiqué. On a du plaisir à jouer au football. Notre compétition à l’interne est saine. Il n’y a pas de conflits entre les joueurs.

« C’est ma 26e année dans le football et c’est le meilleur vestiaire dans lequel j’ai évolué. »

On a constaté cet état d’esprit lors de l’entraînement de mardi. L’ambiance était détendue. De la musique rap jouait à fort volume durant la séance de deux heures. On a vu des joueurs avec le sourire aux lèvres pendant les exercices.

Une scène dont on n’avait pas été témoins depuis des lunes chez les Alouettes. C’est le jour et la nuit.

Le déclic contre Edmonton

Lorsqu’on regarde le calendrier des Alouettes, on pourrait penser que leur victoire obtenue à Calgary a été l’élément déclencheur de cette première moitié de campagne. Toutefois, pour

l’entraîneur-chef Khari Jones, ce moment est survenu plus tôt dans la campagne.

« Je me souviens du match contre Edmonton où on est revenus de l’arrière pour l’emporter, a souligné Jones. J’étais fier de voir la façon dont mes joueurs avaient réagi devant l’adversité et tous les événements qui étaient survenus dans les jours précédents.

À compter de ce moment, les gars ont commencé à y croire. J’avais aimé ce que j’avais vu. »

Adams fils plus mature

Ce début de saison intéressant coïncide avec l’émergence de Vernon Adams fils au poste de quart partant. Déniché par Jim Popp alors qu’il portait les couleurs de l’Université de l’Oregon, le pivot a enfin saisi la chance qui s’est présentée à lui.

Dans son cas, ce n’était pas une question d’habileté, mais de maturité.

« Lorsque je suis arrivé au Canada, je ne respectais pas la LCF, a indiqué Adams, qui a une fiche de 6-2 comme partant chez les Alouettes. Je pensais davantage à profiter des charmes de Montréal.

« Je sais que c’est ma dernière chance. J’agis maintenant comme un joueur professionnel. Je travaille fort sur le terrain et à l’extérieur. C’est payant et je dois continuer de le faire. »

Sans compter qu’il peut compter sur un entraîneur qui lui fait confiance. Son style de jeu se marie bien avec le livre de jeux de Khari Jones. Deux ingrédients très importants dans les succès d’une équipe.

Des dates clés cette saison

8 juin : Départ de l’entraîneur-chef Mike Sherman et arrivée de Khari Jones à la tête de l’équipe.

4 juillet : Premier départ de Vernon Adams fils au poste de quart.

14 juillet : Congédiement du directeur général Kavis Reed pour des motifs nébuleux. Joe Mack le remplace.

17 août : Victoire à Calgary, une première en 10 ans.

25 août : Gain contre Toronto. Les Alouettes ont une fiche positive à la mi-saison pour la première fois depuis 2012.