/news/currentevents
Navigation

«On n’est pas deux clans, on est une communauté», clame une sinistrée

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-MARTHE-SUR-LE-LAC | Quatre mois après les inondations à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, plusieurs citoyens sont encore fortement éprouvés par la catastrophe qu’ils ont vécue.

 • À lire aussi: Sainte-Marthe-sur-le-Lac ira devant les tribunaux s’il le faut

Brigitte Pruneau, une sinistrée qui a perdu sa maison, a l’impression d’être abandonnée par sa ville, par le gouvernement et par sa compagnie d’assurance. Elle dit avoir l’impression d’être «dans le néant toujours, d'être traitée avec condescendance, avec mépris par les autorités en place».  

«Que ce soit le gouvernement, que ce soit la municipalité, que ce soit la Croix-Rouge. On n'a aucune, mais aucune nouvelle de personne. On est obligés de courir après les informations», a-t-elle affirmé en entrevue avec Julie Marcoux sur les ondes de LCN.  

Madame Pruneau est également attristée de sentir une dissension au sein des résidents concernant les travaux de renforcement de la digue. Elle dit avoir l'impression que la Ville, avec la mairesse à sa tête, semble vouloir «diviser pour mieux régner».  

«On n’est pas deux clans, a-t-elle dit. On est une communauté. On est une communauté d’entraide et c’est de ça qu’il faut se souvenir. Les riverains ont le droit et le privilège d’avoir accès à l’eau», a-t-elle affirmé.