/news/health
Navigation

Cancer: des taux de survie encore inégaux

Plus de 82 000 Canadiens mourront d’un cancer en 2019, comparativement à 80 800 personnes en 2017

Coup d'oeil sur cet article

Plus de Canadiens succomberont à un cancer cette année, même si les espoirs de survie continuent de s’améliorer pour certains diagnostics, selon une nouvelle étude.  

La Société canadienne du cancer publie aujourd’hui ses statistiques pour 2019, estimant qu’un peu plus de 82 000 personnes mourront de la maladie cette année, comparativement à 80 800 en 2017.   

Le cancer demeure la principale cause de décès au pays et les nouveaux cas sont en augmentation constante en raison du vieillissement de la population.   

ÉCOUTEZ l’entrevue du Dr Jean-Sébastien Delisle, hémato-oncologue et chercheur du Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, sur QUB radio:

« Il faut maintenir plusieurs angles d’attaque différents contre le cancer », souffle Jean-Sébastien Delisle, hématologue et chercheur à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR), soit la prévention, le dépistage et la recherche de nouvelles thérapies.   

Il souligne que la prévention contre le tabagisme permet aujourd’hui d’observer une légère baisse des nouveaux cas de cancers du poumon au Canada, même s’il reste encore le plus fréquent et le plus mortel.   

Le dépistage précoce a permis quant à lui d’améliorer les taux de survie au cancer du sein chez les femmes.   

Lueur d’espoir  

Cette année, la Société canadienne du cancer remarque que les progrès les plus marqués depuis 20 ans pour le taux de survie surviennent pour les différents cancers du sang.   

Ces cancers représentent environ 10 % de tous les diagnostics. Le taux de survie après cinq ans pour le lymphome non hodgkinien est passé de 49 à 68 %.   

Pour la leucémie, qui demeure le cancer le plus fréquent chez les enfants, le taux de survie a monté de 43 à 59 %. Puis, le taux de survie au myélome multiple s’améliore, augmentant de 27 à 44 %.   

« On le voyait venir », poursuit le Dr Delisle, soulignant que des avancées thérapeutiques importantes ces dernières années permettent à davantage de malades de vaincre ces cancers, très difficiles à prévenir ou à dépister.   

« Épouvantable »  

Même s’il s’améliore en général, le taux de survie après un diagnostic de cancer reste encore grandement inégal selon les organes touchés. Par exemple, un cancer du pancréas a un sombre pronostic.   

« C’est épouvantable », lance le porte-parole de la Société canadienne du cancer, André Beaulieu. Il souligne que le taux de survie après cinq ans de 8 % n’a pratiquement pas changé en 30 ans.   

Il s’agit d’un cancer « virulent, qui arrive à déjouer la chimiothérapie », alors qu’il se dépiste difficilement étant donné que les symptômes arrivent souvent trop tard.   

M. Beaulieu insiste sur l’importance de trouver de nouvelles thérapies pour ces cancers à la fois difficiles à déceler et à soigner.   

Celui de l’œsophage en est un autre que la médecine peine à enrayer, avec un taux de survie actuel de 15 %.   

Thyroïde et testicule  

Par ailleurs, des cancers comme ceux de la glande thyroïde et du testicule sont « pratiquement sous contrôle » avec des taux de survie de 97 et 98 %.   

Si les statistiques soulignant qu’un Canadien sur deux recevra un diagnostic de cancer dans sa vie et qu’un sur quatre en mourra peuvent faire trembler, le Dr Delisle rappelle que son omniprésence est surtout due aux succès des chercheurs.   

La médecine moderne a guéri d’innombrables maladies ou infections, qui fauchaient les gens avant qu’ils ne développent un cancer.   

Des statistiques toujours affolantes au Canada      

  • 50 % des Canadiens développeront un cancer   
  • 25 % en mourront   
  • 82 100 Nombre de décès prévus en 2019   
  • 63 % Taux de survie après cinq ans à un cancer   
  • 220 400 Nombre de diagnostics de cancer au pays en 2019   
  • La moitié de ces diagnostics sera pour un cancer du poumon, du sein, de la prostate ou colorectal   
  • 25 Nombre de Canadiens qui reçoivent un diagnostic de cancer chaque heure   
  • 9 personnes seront emportées par la maladie chaque heure   
  • 28 % Diminution du taux de mortalité par cancer depuis 1988      

Les cancers les plus fréquents par groupe d’âge   

0 à 14 ans   

  • Leucémie   
  • Système nerveux central   
  • Lymphomes      

15 à 29 ans   

  • Glande thyroïde   
  • Testicule      

30 à 49 ans   

  • Sein   
  • Glande thyroïde   
  • Colorectal   
  • Mélanome      

50 ans et plus   

  • Poumon   
  • Sein   
  • Prostate      

Source : Société canadienne du cancer