/sports/others
Navigation

Faire plaisir aux partisans

Faire plaisir aux partisans
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Pas de répit pour Hugo Houle! Encore cette semaine, le cycliste québécois est allé s’entraîner avec ses amis Michael Woods et James Piccoli dans le coin de Jay Peak, au Vermont. Une petite promenade de 200 kilomètres. 

• À lire aussi : Un nouveau contrat pour Hugo Houle   

Houle ne veut rien laisser au hasard pour bien performer, les 13 et 15 septembre, lors des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal. 

«J’espère que les jambes vont répondre, mais je fais mon travail à 100% pour être au sommet de ma forme ou au moins, au même niveau qu’au Tour de France, pour faire plaisir à mes supporteurs, ici, à la maison», a dit Houle, notant lui-même un bel engouement à son endroit depuis sa participation à La Grande Boucle, en juillet. 

Afin de satisfaire les partisans de Houle, la formation Astana risque de mettre le Québécois davantage en évidence au cours de ces prochaines compétitions, qui seront d’ailleurs diffusées à la chaîne TVA Sports. Le moment est venu de récompenser celui qui a si brillamment aidé son coéquipier Alexey Lutsenko à s’imposer, en août, à la Course arctique de Norvège. 

Ainsi, Astana pourrait très bien demander à ses membres de travailler pour Houle pendant que certains leaders habituels de la formation kazakhe sont au Tour d’Espagne. 

«Je m’attends quand même à avoir un peu de liberté de la part d’Astana pour faire les courses, a souhaité Houle. J’aimerais faire un top 10 à Québec, mais la barre est haute, honnêtement. Si tout va bien, je pense que c’est accessible. À Montréal, j’espère être un acteur dans la course. J’ai l’expérience, j’ai le volume, mais c’est difficile d’annoncer un gros résultat.» 

 

Faire plaisir aux partisans
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

 

Un plateau relevé 

Plusieurs cyclistes de renom seront effectivement au Québec pour ces courses, dont le Britannique Geraint Thomas, qui a fini deuxième au dernier Tour de France. 

«De prédire le gagnant d’une course de vélo, c’est tout le temps difficile, a affirmé Marcel Leblanc, vice-président exécutif des Grands Prix cyclistes. L’an passé, [Michael] Matthews n’avait pas eu une très bonne saison, mais il était venu gagner les courses à Québec et à Montréal. Il est encore là cette année.» 

Leblanc nomme néanmoins le Slovaque Peter Sagan et le Belge Oliver Naesen parmi ceux qui sont susceptibles de l’emporter. Houle sera aussi à surveiller. 

«Nous sommes contents d’avoir Hugo Houle qui a performé de façon incroyable à son premier Tour de France cet été», a vanté Leblanc. 

Encore plus difficile à Montréal 

Parmi les changements à noter pour 2019, on parle de deux ascensions supplémentaires de la voie Camilien-Houde pour l’épreuve montréalaise, qui compte maintenant 219,6 kilomètres. 

«Ça n’a pas fait le bonheur de tous les coureurs, surtout certains équipiers qui ont fait valoir que c’était déjà assez difficile comme ça à Montréal», a indiqué Leblanc, estimant du même souffle que cette modification a aussi permis d’attirer quelques leaders supplémentaires.