/sports/football/alouettes
Navigation

La victoire avant les verges accordées

La victoire avant les verges accordées
Photo courtoisie, Lucas Kschischang - Alouettes de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Même si les Alouettes ont remporté leurs deux derniers matchs, la défensive du coordonnateur Bob Slowik a connu des ratés pour la première fois de la saison.

Elle a concédé plus de 450 verges à l’adversaire au cours de ces deux parties. Contre Toronto, avant la semaine de repos, le corps défensif a alloué 569 verges d’attaque aux Argonauts.

Lors de la semaine précédente à Calgary, ce fut un total de 473 verges qui ont été accordées aux Stampeders. C’est ce qu’on appelle jouer avec le feu.

« Je ne regarde pas beaucoup les statistiques pour être honnête, a souligné Bob Slowik au représentant du Journal de Montréal. Le plus important pour moi, c’est que l’adversaire ne marque pas de touché et de remporter des matchs.

« C’est sûr que j’aimerais être la meilleure défensive de la LCF à tous les niveaux, mais ce n’est pas le cas. »

Du respect pour la LCF

Avant d’arriver à Montréal, Slowik avait fait ses devoirs sur la Ligue canadienne et ses particularités.

« J’ai regardé plusieurs vidéos de la LCF. C’est une ligue qui est remplie de défis, a ajouté Slowik qui a travaillé pendant plusieurs années dans la NFL. C’est un circuit fascinant et très rapide. Pour moi, ce fut plus difficile à assimiler que la NFL à plusieurs niveaux. »

Après le départ de Mike

Sherman en juin, on s’attendait à ce que Slowik quitte lui aussi le navire. Toutefois, il ne l’a pas fait.

« Je n’ai jamais eu l’intention de quitter les Alouettes. Je suis ici pour être un entraîneur et non pour prendre quelques bières. J’ai toujours été passionné et je le suis encore par mon métier. »

Après neuf matchs, le coordonnateur défensif affirme qu’il est plus à l’aise avec ses joueurs, mais aussi avec le circuit.

« Je crois qu’on n’arrête jamais d’apprendre, peu importe le nombre d’années que tu es entraîneur, a ajouté Slowik. Je suis encore en train d’apprendre les joueurs adverses de façon plus approfondie.

« On tente encore des expériences, mais ça fait partie du processus d’apprentissage. »