/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le français, c’est full chill

Coup d'oeil sur cet article

Récemment, sur Twitter, l’auteur-compositeur Stéphane Venne lançait un débat intéressant : Qu’est-ce qui constitue la vraie menace au français en 2019, le « bonjour, hi » des Anglos, ou le « Tséveuxdire » des Francos ?

Eh oui, les discussions sur le français, « c’est pas fini, c’est rien qu’un début ».

PARLEZ-VOUS LE « TOUTCROCHE » ?

J’ai écrit sur mon blogue du Journal un texte intitulé Quand Montréal speak English, dans lequel je racontais mes expériences dans des commerces où on était incapable de me servir en français. Venne m’a répondu que le problème du français au Québec est notre incapacité à le parler correctement.

« Un vocabulaire rachitique et une syntaxe approximative ne constituent pas la maîtrise d’une langue ni sa vitalité. Le problème, c’est nous. Mais le dire n’est pas populaire. Vaut mieux jeter le blâme sur autrui. [...] C’est pas les Anglos qui nous empêchent de maîtriser notre langue. De le penser est un réflexe de colonisé », a-t-il écrit sur le média social.

Cher Stéphane, je pense que le problème vient des deux côtés : l’anglais qui prend de plus en plus de place ET le français qui est de plus en plus mal parlé. On peut à la fois se battre contre l’omniprésence de l’anglais et pour une meilleure maîtrise du français.

Je vous raconte une anecdote. L’autre jour sur le Plateau (oui, oui, ça m’arrive de m’y aventurer), je vois un commerce de soins de beauté qui annonce : « Improve ton selfie. » Quand je suis rentrée pour leur signifier que le verbe « improver » n’existait pas en français, les trois vendeuses m’ont dit en rigolant que ça les amusait d’écrire en franglais.

Inutile de préciser qu’elles avaient dans la vingtaine, un âge où l’on se soucie autant du français que de son premier piercing.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Ce qu’elles appellent du « franglais », moi j’appelle ça du « Toutcroche ». Et ce « Toutcroche », il est partout.

Il est au cinéma quand je suis accueillie par un panneau publicitaire : « Demandez pour du beurre canadien. »

Le « Toutcroche » est à la télé, à la radio, dans les 1001 « à cause que », « ça n’en prend », « ça l’a l’air », « plus pire », « moins pire », « pas si pire ».

Combien de fois ai-je entendu des animateurs avec des béquilles langagières comme cette horrible manie de dire « pour vrai », tous les deux mots.

Pensez-vous que Pierre Nadeau, décédé hier, aurait accepté une seule fois de parler le « Toutcroche » ?

Récemment, je me suis bidonnée en recevant sur Facebook une publicité pour un appareil de musculation, dont on vantait ainsi les mérites : « Sculpture de clochard », une mauvaise traduction de bum sculpting.

En ce qui a trait au français, il y en a plusieurs qui mériteraient bien un petit coup de pied au bum.

PARIS IS BEAUTIFUL

J’entendais hier au 98,5 FM Alexandre Taillefer et Luc Ferrandez déclarer que le « bonjour, hi » ne leur faisait pas un pli sur la bedaine. Que c’était uniquement entendu au centre-ville de Montréal. Et que c’était uniquement pour accueillir les touristes.

Paris est l’une des villes les plus touristiques au monde. De janvier à juillet 2019, 17,28 millions de personnes ont visité la Ville Lumière.

Combien ont été accueillies par un « bonjour, hi », d’après vous ?