/news/politics
Navigation

Miniremaniement: Simon Jolin-Barrette pilotera le dossier linguistique

La langue française, une priorité pour la CAQ

Miniremaniement: Simon Jolin-Barrette pilotera le dossier linguistique
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Déjà responsable de la laïcité et de l’immigration, le ministre Simon Jolin-Barrette obtient une autre responsabilité à saveur identitaire : la langue française.

Simon Jolin-Barrette
Photo Simon Clark
Simon Jolin-Barrette

François Legault a procédé mercredi à un mini remaniement de ses troupes pour confier une tâche supplémentaire à son ministre omnipotent. 

Miniremaniement: Simon Jolin-Barrette pilotera le dossier linguistique
Photo Simon Clark

Après l’adoption des controversés projets de loi sur les signes religieux et l’immigration, le politicien de 32 ans aura le mandat d’appliquer le rapport de sa collègue députée Claire Samson, qui veut faire de la francisation des nouveaux arrivants une « priorité nationale ». 

Pour l’heure, aucune mesure n’est exclue pour assurer la vitalité de la langue française, pas même la réouverture de la mythique loi 101, a précisé mercredi le premier ministre.

Ce dernier a d’ailleurs l’intention de profiter des élections fédérales pour obtenir des gains d’Ottawa quant à la francisation des nouveaux arrivants. François Legault demande aux partis fédéraux de s’engager à donner le feu vert à son fameux test de français obligatoire pour les immigrants, qu’ils devront réussir dans les trois années suivant leur arrivée en terre québécoise.

Rétrogradation pour Roy

Si Simon Jolin-Barrette prend du galon, sa consœur Nathalie Roy perd des plumes. C’est un avertissement pour la ministre de la Culture et des Communications qui était jusqu’ici porteuse du dossier, mais qui s’est emmêlé les pinceaux à quelques reprises dans les derniers mois.

  • ÉCOUTEZ Geneviève Lajoie à l'émission Là-haut sur la colline à QUB radio:

Soulignons l’absence mercredi de la députée Claire Samson, auteure du fameux rapport qui servira de référence au gouvernement Legault dans le dossier linguistique. Déçue d’avoir été écartée du Conseil des ministres, l’élue d’Iberville a déjà menacé par le passé de démissionner.

« C’est du marketing ce gouvernement-là »

Dans l’opposition, on voit ce petit jeu de chaise musicale comme un geste cosmétique.

Les péquistes n’ont pas l’intention de laisser la CAQ prendre le leadership dans ce dossier si cher aux souverainistes.

« Est-ce qu’ils ont proposé quelque chose ? Rien ! C’est du marketing ce gouvernement-là », a fait valoir le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, en marge du caucus présessionnel de sa formation politique qui se tient à Salaberry-de-Valleyfield.

Interrogations

Chez les solidaires, on s’interroge sur le choix de Simon Jolin-Barrette pour ce dossier délicat qui implique la collaboration avec les formations politiques.

« Si la protection de la langue française était une vraie priorité pour le gouvernement, François Legault n’aurait pas confié cette responsabilité à un ministre qui en a déjà plein les bras », a insisté le député de QS, Gabriel Nadeau-Dubois.

Selon le PLQ, ce mini remaniement démontre l’incapacité de la ministre Roy à faire appliquer la Charte de la langue française. « M. Legault est beaucoup plus rapide sur la gâchette pour rétrograder des femmes au Conseil des ministres que de rétrograder des hommes », a soutenu la députée libérale Christine St-Pierre. . 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.