/finance
Navigation

Les travailleurs canadiens angoissés par leur situation financière

Bloc dette dettes
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO – La crainte de manquer de l’argent mine le rendement des travailleurs canadiens.

Selon un sondage dévoilé mercredi par l’Association canadienne de la paie, plus de quatre travailleurs sur 10 (43 %) sont tellement stressés par leur situation financière que leur rendement est affecté.

«Le stress financier a d’énormes répercussions sur la vie des gens et de leurs familles, ainsi que sur les entreprises et l’économie», a souligné le président de l’organisme, Peter Tzanetakis.

Ce stress fait en sorte que près du quart des travailleurs passent au moins 40 minutes par jour à régler des questions financières personnelles pendant qu’ils sont sur les lieux de leur travail.

D’après les calculs de l’Association canadienne de la paie, la perte de productivité causée par ces préoccupations atteindrait 16 milliards $ par année pour l’ensemble du pays. L’organisme n’indique pas comment il arrive à ce chiffre.

Et les choses ne vont pas en s’améliorant, puisque le tiers des répondants au sondage affirme avoir des dettes plus élevées cette année que l’année dernière.

Par ailleurs, on note que les travailleurs québécois semblent un peu moins inquiets que l’ensemble des Canadiens. Ainsi, une proportion de 67 % des travailleurs québécois est préoccupée par la hausse du coût de la vie, tandis que la proportion atteint 83 % pour l’ensemble du pays.

Pour aider à réduire le stress, l’Association canadienne de la paie suggère de recourir à l’épargne à la source. L’organisme propose même un programme en ce sens, appelé «Payez-vous d’abord».

«Faciles à instaurer, le programme Payez-vous d’abord permettent aux employés de travailler de concert avec l’équipe de la paie pour qu’une portion de leur salaire, aussi minime soit-elle, soit versée automatiquement dans un compte d’épargne», affirme l’organisme.

De plus, on recommande à tous de faire un budget et de le suivre. Moins de la moitié des personnes sondées disent en faire un et 30 % affirment suivre un budget «seulement dans leur tête».

Des chiffres révélateurs

  • 66 % des répondants au sondage disent qu’ils n’arrivent pas à épargner au moins 10 % de leurs revenus nets.
  • 43 % des travailleurs vivent d’un chèque de paie à l’autre.
  • 40 % des répondants se sentent «écrasés» par leurs dettes.
  • 38 % d’entre eux estiment qu’il leur faudra plus d’un pour s’acquitter de leurs dettes liées aux cartes de crédit.
  • 5 % mentionnent qu’il leur faudra au moins 10 ans pour éponger leur dette de carte de crédit.