/news/transports
Navigation

Les radars photo ont rapporté 162 M$ en 10 ans à l'État

Depuis le projet pilote initié en 2009, plus d’un million de constats d’infraction ont été distribués

Coup d'oeil sur cet article

Dix ans après leur apparition sur le réseau routier québécois, les radars photo ont rapporté plus de 162 M$ au gouvernement.

Depuis le déploiement d’une quinzaine de radars photo et appareils de surveillance aux feux rouges dans le cadre d’un projet pilote, en 2009, plus d’un million deux cent mille constats d’infraction ont été donnés.

Aux quatre coins de la province, on compte aujourd’hui une cinquantaine de ces appareils, prêts à croquer le portrait et la plaque des automobilistes qui dépassent la limite de vitesse maximale permise.

Le plus récent rapport produit par le ministère de la Justice, qui coïncide avec le 10e anniversaire de l’arrivée au Québec des radars photographiques et caméras aux feux rouges révèle que les radars fixes sont sans contredit les plus payants.

Les radars fixes payants

À eux seuls, ces appareils ont permis à l’État d’empocher plus de 100 M$ en 10 ans.

Même s'il a été retiré en 2015, le radar fixe qui était installé sur l’autoroute 15, à 300 mètres de la sortie Atwater, demeure celui qui a rapporté le plus. Depuis août 2009, il a permis au gouvernement d’encaisser plus de 25 M$, pour un total de 140 000 constats signifiés. Le ministère des Transports avaient ainsi décidé de le retirer parce qu'il était perçu comme une «trappe à tickets».

Malgré tout, il a rapporté presque autant que l’ensemble des radars photo sur le réseau routier avaient réussi à faire trois ans après le début du projet pilote. C’est presque autant que la somme totale récoltée à travers la province depuis le début de l’année en cours (30,8 M$).

À Québec, celui installé à un kilomètre de la sortie permettant d’accéder au pont Pierre-Laporte, sur le collecteur de l’autoroute 20, a permis d’émettre près de 57 000 billets en 10 ans, pour un total de 6,6 M$. Ce radar photo occupe la cinquième position du top 10 élaboré par notre Bureau d’enquête, à partir des données diffusées par le ministère de la Justice (voir tableau).

Moins de décès

Du côté de CAA-Québec, on fait un lien entre l’apparition des radars photo et l’amélioration du bilan routier. En 2009, ce dernier rapportait 515 décès, comparativement à 359 dans le plus récent bilan.

«On n’attribue pas ça uniquement aux radars photo, mais un peu? Peut-être? Peut-être que oui? Certainement», a commenté Pierre-Olivier Fortin, porte-parole du club automobile.

«Les radars photo, on sait que ça marche. On sait que c’est efficace du point de vue de la sécurité routière», a-t-il ajouté, en rappelant que les sommes recueillies sont désormais réinvesties en sécurité routière.

«En même temps, on peut se dire : quelle est notre excuse (lorsqu’on se fait prendre), parce que les radars photo sont tous très bien indiqués», a observé M. Fortin.

Du côté de SOS Ticket, qui aide des automobilistes à contester leurs constats d’infraction, on constate que les radars photo sont «très payants».

«Mais ce n’est qu’en n’adaptant pas leur conduite que certains automobilistes financent cet investissement. Vu la récente jurisprudence, l’utilisation des radars photo est bien moins facilement contestable qu’elle l’était», a commenté Thierry Rassam, avocat et président de l’entreprise.

— Avec la collaboration de Philippe Langlois

 

Dix ans de radars photo | Du 19 août 2009 au 31 août 2019

Totaux par catégorie

Nombre de constats signifiés Montant des constats signifiés
Radars fixes 808 206
101 860 015 $
Radars mobiles 367 520
54 263 599 $
Radars feux rouges 37 222 6 007 900 $
Total 1 212 948 162 131 514 $

 

Les 10 radars les plus payants

Type de radar

Emplacement Nombre de constats Montants
Radars fixes Montréal, à 300 m de la sortie Atwater sur l’autoroute 15 sud 139 798
25 220 311 $
Radars fixes Boucherville, à 200 m de la bretelle du boulevard de Mortagne sur l’autoroute 20 ouest 171 551 16 463 757 $
Radars fixes Mirabel, à 320 m du chemin de la Côte Nord sur l’autoroute 15 sud 69 919 10 399 383 $
Radars fixes Pincourt, à 350 m à l’ouest du boulevard de l’Île sur l’autoroute 20 est 86 728 9 335 683 $
Radars fixes Lévis, à 1 km de la sortie pour le pont Pierre-Laporte sur le collecteur de l’autoroute 20 56 798 6 621 942 $
Radars fixes Charlemagne, à 150 m de l’autoroute 640 sur l’autoroute 40 est 32 441
4 828 326 $
Radars mobiles A-640 / Boisbriand 21 043 4 445 328 $
Radars fixes Québec, à l’angle de Charest Ouest et Saint-Sacrement, en direction nord-est sur Charest 31 847 4 325 177 $
Radars mobiles Vaudreuil-Dorion, A-40 est 18 498 3 921 135 $
Radars mobiles Vaudreuil-Dorion (Mobile) 14 696 3 868 631 $

 

Les 5 radars aux feux rouges les plus payants

Type de radar

Emplacement Nombre de constats Montants
Feux rouges Lévis, à l’intersection de Wilfrid-Carrier et Louis-H.-La Fontaine sur la route Président-Kennedy 9884
1 582 562 $
Feux rouges Montréal, à l’intersection de la rue Paré et du boulevard Décarie Nord 9369 1 503 384 $
Feux rouges Montréal, à l’intersection de la rue Notre-Dame Ouest et de la rue University 6268 983 801 $
Feux rouges Montréal, à l’intersection de la rue D’Iberville et de la rue Sainte-Catherine Est 2285 364 479 $
Feux rouges Thetford Mines, à l’intersection du boulevard Ouellet et du boulevard Frontenac Est 1377 220 554 $