/news/transports
Navigation

Dix ans de bordel dans Ville-Marie

Les automobilistes devront affronter les nouveaux chantiers de ce tunnel et celui de Viger dès l’an prochain

Coup d'oeil sur cet article

Les automobilistes devront s’armer d’encore plus de patience avec le gigantesque chantier des tunnels Ville-Marie et Viger qui s’ajoutera dès l’an prochain au festival du cône orange montréalais.

« Ça va être une autre pièce dans la maison de l’enfer, s’est exclamé le chroniqueur à la circulation à l’émission Salut Bonjour!, Patrick Benoit. Les automobilistes ont tendance à toujours s’adapter et à trouver de nouveaux chemins, mais il en reste de moins en moins qui ne sont pas en chantier. »

Estimé à six ans en 2015, le projet de réfection majeure des infrastructures devrait plutôt durer une dizaine d’années, a annoncé le ministère des Transports jeudi.

Il est cependant trop tôt pour connaître le coût estimé de l’opération.

Elle débutera en 2020 par les travaux de réparation de la structure pour la sortie de la rue de la Montagne. Cela devrait engendrer une fermeture complète de l’endroit.

Ces travaux étaient rendus nécessaires en raison de la dégradation des structures notamment en raison de l’infiltration d’eau.

Dans une rivière

« L’autoroute est construite dans le lit de la rivière Saint-Martin et traversait le centre-ville. [...] Nous sommes entre le mont Royal et le fleuve. Nous faisons une sorte de barrage pour l’eau qui s’écoule. La nappe phréatique est assez haute par ici », a expliqué l’ingénieur qui gère le projet, Pierre Blanc, pendant une visite du tunnel Ville-Marie.

La visite des coulisses du tunnel Ville-Marie en compagnie de Pierre Blanc, l’ingénieur de Transports Québec qui gère le projet de chantier, permet de constater plusieurs signes d’infiltration d’eau dans la structure, dont sur ce mur du sous-sol.
Photo Chantal Poirier
La visite des coulisses du tunnel Ville-Marie en compagnie de Pierre Blanc, l’ingénieur de Transports Québec qui gère le projet de chantier, permet de constater plusieurs signes d’infiltration d’eau dans la structure, dont sur ce mur du sous-sol.

Transports Québec assure qu’on « veut à tout prix éviter les fermetures complètes des tunnels pendant le jour », indique M. Blanc.

Pour rassurer les automobilistes, la ministre déléguée au Transport, Chantal Rouleau, promet qu’un minimum de deux voies de circulation dans chaque direction sera toujours maintenu les jours de semaine.

Ce sera autre chose pour les nuits et les week-ends.

Malgré tout, le chantier aurait pu s’échelonner sur moins d’années, mais cela aurait nécessité des fermetures complètes pendant la semaine.

Avec les ponts à étagement qui surplombent l’autoroute et qui devront être refaits, le réseau routier local de la métropole subira aussi les contrecoups. Les premiers en chantier seront ceux du boulevard Saint-Laurent et de la rue Saint-Urbain dès l’an prochain.

Si ces travaux ne devaient pas occasionner de fermeture de voie sur l’autoroute pendant la journée, les Montréalais doivent s’attendre à des fermetures complètes des artères en surface.

« Ça va prendre une très grande coordination avec la ville et surtout avoir une signalisation adéquate, a commenté le chroniqueur à la circulation au 98,5 FM, Marc Brière. [...] Oui, les automobilistes devront s’armer de patience. »

Questionnée à savoir si Montréal verra un jour la fin de tous ces chantiers, la ministre Rouleau a indiqué qu’« il y aura toujours des projets en chantier ».

« Près de 50 % du chantier se déroulera à l’extérieur des voies de circulation », explique M. Blanc.

Chantier invisible

On parle ici entre autres de changer les 80 ventilateurs, le câblage électrique, les génératrices et l’équipement des stations de pompage. Ces dernières, qui reçoivent toute l’eau de drainage des tunnels, gèrent l’équivalent d’une piscine olympique par jour uniquement pour Ville-Marie, avant de la diriger vers les égouts.

Lueur d’espoir pour les conducteurs: le chantier de l’échangeur Turcot devrait être complété avant le début du chantier selon Transports Québec.

Ces travaux se feront en même temps que ceux du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, mais selon le ministère, ce ne sont pas les mêmes automobilistes qui empruntent les deux artères.

Ce chantier majeur n’a aucun lien avec les travaux sur les voies visibles depuis des années.

« Il s’agit de travaux d’entretien normaux », a expliqué M. Blanc.

Des tunnels fréquentés

Mise en service

  • Ville-Marie: 1974
  • Viger: 1986

Débit moyen de véhicules par jour

  • Ville-Marie: 116 000
  • Viger: 72 000