/24m
Navigation

8 questions «geeks» à Denis Talbot

8 questions «geeks» à Denis Talbot
Illustration: Christine Lemus

Coup d'oeil sur cet article

Pèse sur start, la référence geek et gaming au Québec, inaugure sa collaboration avec le 24H avec l’illustre Denis Talbot.
 
Au programme: quelques questions éclair avec un pionnier de l’industrie ludique locale. 
 
Le grand public a évidemment fait ta connaissance via MusiquePlus et ton émission M. Net, notamment. Ton plus grand souvenir de ton passage à la chaîne, c’est quoi?
 
Sans contredit, la grande liberté de création que nous avions me vient à l’esprit.
 
La fougue de la jeunesse des «Musiqueplussiens» a donné naissance a de véritables petits bijoux télévisuels.
 
Les patrons nous faisaient confiance et, souvent, embarquaient dans nos délires! Good times!
 
À quoi joues-tu ces jours-ci?
 
Je joue à un paquet de trucs!
 
Je suis un gars de gang. J’adore me retrouver en équipe avec mes amis et faire vivre nos aventures rocambolesques à nos spectateurs. J’aime rire et faire rire.
 
J’adore Insurgency Sandstorm en coop, par exemple. Le jeu est difficile et donne lieu à des situations tendues, mais, surtout, hilarantes.
 
Es-tu plus Sonic ou Mario?
 
Mario!
 
Ton projet actuel — RadioTalbot.tv — est incroyablement populaire... et ça semble être beaucoup de travail également! La recherche, l’animation de tes diffusions, les entrevues... une semaine typique pour Denis Talbot, ça ressemble à quoi maintenant?
 
Comme je n’ai plus d’équipe comme à l’époque, je fais tout moi-même. Je suis debout tôt — genre six, sept heures du matin — et je commence à éplucher les sites d’actualités. Je choisis les nouvelles que je juge intéressantes et je sors les images et vidéos pour les habiller. Je fais de même pour les sujets de mes collaborateurs.
 
Je grignote un peu vers 17h et je regarde s’il n’y a pas des sujets de dernière minute méritant une place dans le show du soir.
 
Vers 19h30, mes collaborateurs arrivent, on se fait une brève réunion et l’émission débute à 20h.
 
Je fais la technique et j’anime Radio Talbot pendant 60 ou 90 minutes, selon la richesse du contenu que l’actualité nous propose.
 
J’adore mon travail!
 
Considérerais-tu à nouveau les médias traditionnels ou tu préfères être ton propre patron?
 
À l’époque de M. Net, j’étais pas mal le boss.
 
La seule portion que je ne contrôlais pas vraiment c’est l’attribution des budgets en début d’année. [...] 
 
J’adorerais refaire M.Net.
 
On devrait [toutefois] me donner carte blanche sur le choix des collaborateurs, sur le contenu et la façon de le présenter, avec des budgets nous permettant de couvrir les évènements mondiaux.
 
Je sais ce que je veux!
 
Mais, soyons réalistes, la télé actuelle souffre. Ça n’arrivera pas... du moins, pas à la télé conventionnelle.
 
De plus en plus de personnalités locales — dont Mike Ward — marchent dans tes pas et lancent des chaînes Twitch. Généralement, est-ce que le Québec est en retard sur la tendance ou on arrive juste à temps avec l’engouement autour de la plateforme?
 
Je fais des podcasts depuis presque 15 ans. Ce n’est pas nouveau pour moi!
 
Certes, avec l’érosion et la fragmentation du marché de la télé traditionnelle, tous se garrochent sur le Web en espérant trouver le Nirvana ou la nouvelle façon de se remplir les goussets.
 
Mike et moi sommes des indépendants. Nous sommes bien peu à vivre de la production de nos contenus au Québec. On nous regarde de haut souvent.
 
Certes des pantoufles, c’est confortable...jusqu’à ce que les podcasts (audio ou vidéo) partent avec!
 
Plus tôt cette année tu as lancé la bière «Grand Talbot» avec Simple Malt. As-tu des plans semblables avec d'autres marques?
 
Oui! Nous élaborons une stratégie pour un autre produit.  La «Grand Talbot» se vend très bien! Certains détaillants ont de la difficulté à la garder en stock. C’est une belle surprise.
 
Finalement, qu’est-ce que ça prend pour que Montréal conserve sa réputation de «Mecque des jeux vidéo»?
 
Offrir des salaires compétitifs et des conditions de travail décentes, ce qui est déjà le cas, sauf exception. Il faut continuer d’innover dans les différents domaines technos. Nous sommes forts au Québec.
 
Continuons d’innover!

À ne pas manquer: un quiz par et pour des geeks!

Vous aimez mettre votre matière grise à l’épreuve, les activités gratuites et gagner des prix? Ça tombe bien!
 
Pèse sur start fête le lancement de son site web en organisant un quiz au pub ludique L’Adversaire (4303 Sainte-Catherine Est) le jeudi 19 septembre.
 
L’événement sera précédé d’un 5 à 7 où bouchées et cocktails seront offerts gratuitement.
 
C’est gratos, mais il faut réserver sa table pour participer au quiz.
 
 

Également à ne pas manquer: Dreamhack Montréal, le plus grand festival de jeux vidéo au pays!

De retour pour une quatrième édition — toujours dans l’imposant Stade olympique! – l’édition montréalaise de Dreamhack est le Woodstock des gameuses et gameurs.
 
En gros: des compétitions e-sport à n’en plus finir, moult exposants mettant à votre disposition ordinateurs et consoles bardés de jeux et présence de personnalités et diffuseurs Twitch locaux.
 
Ça va barder!
 
Du 6 au 8 septembre.
 

À écouter: La balado La vie secrète des geekettes

C’est devenu un cliché, voire une règle: si un podcast aborde les jeux vidéo ou encore la culture pop geek, il doit absolument être animé par des gars barbus dans la trentaine qui en parlent de façon décomplexée, bière à la main.
 
Évidemment, il y a des exceptions à la règle dont La vie secrète des geekettes, une baladodiffusion où le féminin l’emporte sur le masculin.
 
Pour avoir une autre perspective des séries The Boys et GLOW (sujets abordés lors du plus récent épisode, justement), voici donc!