/lifestyle/columnists
Navigation

Importance de la nouvelle loi sur l’adoption

Coup d'oeil sur cet article

Par la présente, j’aimerais inviter toutes les personnes qui ont donné leur enfant en adoption de communiquer avec lui avant de mourir pour l’introduire dans sa famille d’origine.

Ma belle-mère était issue d’une famille de cinq filles. Quatre d’entre elles, dont ma belle-mère, se sont mariées, et trois ont élevé une famille de 7 à 8 enfants. La quatrième fille n’a jamais eu d’enfant, et la cinquième, qui était restée célibataire, est décédée en 2017. Tout le monde pensait qu’elle n’avait jamais eu d’enfants, mais, après son décès, nous avons appris qu’elle avait eu un en 1949, mais qu’elle l’avait donné en adoption.

En vertu de la nouvelle loi promulguée l’an dernier, lorsque le parent biologique meurt, l’enfant adopté peut désormais avoir des informations sur ses parents, mais il est par contre un peu tard pour l’introduire dans sa famille biologique puisqu’il est dépourvu de géniteurs pour le faire. En dépit de cela, j’enjoindrais les familles biologiques à répondre positivement à un enfant adopté qui souhaiterait faire sa connaissance après le décès de sa mère. Car voyez-vous, même s’il a une famille d’adoption, s’il a lui-même des enfants et des petits-enfants, connaître ses origines et sa parenté biologique est important pour lui.

Rappelez-vous toujours que ce n’est pas sa faute à lui, si l’Église, à une certaine époque, condamnait les naissances hors mariage et obligeait les mères à cacher leur grossesse et à donner leur enfant ensuite. Je formule donc le souhait que toute personne ayant donné un enfant en adoption ait le courage de l’introduire à sa famille biologique avant son grand départ pour l’au-delà.

Denise Blanchette

Pour les personnes qui ne seraient pas informées de cette loi 113 qui date de juin 2018, disons qu’on pourrait la résumer ainsi : « Les archives seront désormais ouvertes pour tous les orphelins et enfants adoptés dont les parents biologiques sont décédés depuis plus d’un an. Il s’agit en fait de la majorité des dossiers. Dans un deuxième volet, les autres personnes adoptées dont les parents sont toujours vivants aujourd’hui devaient attendre jusqu’en juin 2019, pour avoir accès à l’identité de leurs parents biologiques. Quant aux parents biologiques, ils avaient, à partir de juin 2018, jusqu’à un an pour accepter ou non de dévoiler leur identité. Ce refus reste néanmoins temporaire, puisqu’il disparaîtra à leur décès alors que leur identité sera alors dévoilée. »

Fait à noter « le Québec est l’une des dernières provinces canadiennes à ouvrir les archives de l’adoption ». Cette loi est le résultat de 20 ans d’une mobilisation largement initiée par le Mouvement Retrouvailles. Pour aider les gens dans leur démarche de recherche de famille biologique, le numéro à composer sans frais est le 1 888 441-7889.