/misc
Navigation

L’aspirateur caquiste

Coup d'oeil sur cet article

François Legault semble résolu à ne rien laisser au Parti québécois.

Après la laïcité, il pose un autre jalon de son plan identitaire en confiant le dossier de la langue, qui deviendra une priorité caquiste, à son porteur de ballon préféré, Simon Jolin-Barrette.

La tenue d’une rencontre entre François Legault et Pauline Marois, récemment, a éveillé les soupçons chez des ex-péquistes qui avaient prédit ce qui s’est produit hier.

Non seulement la CAQ a volé le show, en faisant l’annonce au même moment que le PQ dévoilait sa proposition de refondation, mais elle laboure les terres de prédilection de son adversaire affaibli.

« Ils veulent vraiment nous couper l’oxygène », a imagé un élu péquiste, en marge de leur caucus de rentrée.

Effet démobilisant

Et ça ne se limite pas aux idées.

Bien sûr, le gouvernement Legault a recruté des employés dans le camp libéral aussi, mais la fréquence avec laquelle il pige dans les rangs péquistes peut avoir un effet démobilisant pour ceux qui restent.

Le plus récent exemple dans une longue liste est celui de Marie Barrette, ex-attachée de presse de Pauline Marois, nommée directrice des communications du ministre Lionel Carmant.

Des élus courtisés

À cela, il faut ajouter les clins d’œil que font des élus caquistes à leurs voisins de banquette, dont Harold LeBel, Sylvain Roy et Pascal Bérubé.

Mi-blagueurs, ils ne se gênent pas pour lancer des messages, comme : « Tu pourrais te joindre à nous, tu nous ouvrirais les portes de l’est. » Dans les rangs caquistes, on aime rappeler que le chef intérimaire du PQ est un ami de François Legault et qu’ils ont beaucoup en commun.

Au micro d’une radio de Sept-Îles, en août, le premier ministre a même ouvertement affirmé qu’il tenterait de convaincre la députée Lorraine Richard de traverser la Chambre pour joindre sa coalition.

Dans l’entourage de François Legault, on soutient pourtant que la CAQ refuserait d’accueillir un député qui deviendrait un transfuge.

Comme à la boxe, il y a sûrement une part de guerre psychologique.

Néanmoins, la CAQ cherche visiblement à aspirer la couleur nationaliste du PQ et ses ressources, pour s’assurer de le laisser au tapis.