/news/health
Navigation

Pesticides et autisme: «grave» et «inquiétant», dit François Legault

Peut-on nourrir la planète sans pesticides?
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Inquiet de voir que de plus en plus d’études tissent un lien entre pesticides et autisme, François Legault ouvre la porte à la possibilité de restreindre l’utilisation de produits tels que le Roundup.

«Disons que le principe, éventuellement, de regarder pour avoir moins de pesticides, moins de Roundup, moins de produits dangereux, on est ouverts à ça, bien sûr», a signalé le premier ministre du Québec, lors d’un point de presse sur un autre sujet.

Le Journal rapportait jeudi matin que pas moins de 158 études convergent dans la même direction : il existerait une corrélation entre l’autisme et l’utilisation des pesticides.
«Moi aussi j’ai des inquiétudes», a réagi M. Legault.

«Que ça soit le Roundup, ou que ce soit les pesticides en général, je ne sais pas si c’est confirmé, mais là, on disait même qu’il pouvait y avoir un impact sur l’autisme... Donc c’est grave, c’est inquiétant», a-t-il continué.

Trop tôt pour imiter Montréal

Le gouvernement refuse pour l’instant d’imiter la Ville de Montréal en bannissant l’usage d’un produit en particulier comme le Roundup, le nom commercial donné au controversé glyphosate. «On n’est pas rendu là, mais on ne l’exclut pas», a laissé entendre M. Legault.

Il prévient toutefois qu’avant d’agir, il faut aller au fond des choses. Une commission parlementaire pourtant sur les pesticides doit justement commencer ses travaux le 23 septembre prochain.

«Évidemment, il va [...] consulter les agriculteurs aussi, a insisté le premier ministre, parce qu’il y a une question productivité, de compétitivité avec les agriculteurs qui sont de l’autre bord de la frontière... Donc ce n’est pas un sujet qui est simple.»

Les agriculteurs veulent être indemnisés

L’Union des producteurs agricoles (UPA) réclame notamment des compensations pour les agriculteurs qui réduisent leur utilisation de pesticides.

La députée et porte-parole libérale en matière d’environnement, de lutte contre les changements climatiques et d’agriculture, Marie Montpetit, a d’ailleurs joint officiellement sa voix à l’UPA pour demander au gouvernement Legault de mener une étude sur les impacts de l’utilisation et de l’exposition aux pesticides sur la santé.

«Plusieurs questions restent sans réponses quant à l’utilisation des pesticides et leurs impacts sur notre santé. Le gouvernement se doit de documenter le sujet afin de nous permettre de prendre des décisions éclairées comme société», a fait valoir Mme Montpetit.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.