/sports/golf
Navigation

Raoul Ménard démarre en force

Le golfeur québécois joue 66 en ronde initiale

Raoul Ménard, ici en train d’étudier un vert, a connu une excellente première ronde hier sur le parcours Nord du club de golf Elm Ridge.
Photo courtoisie, Mackenzie Tour Raoul Ménard, ici en train d’étudier un vert, a connu une excellente première ronde hier sur le parcours Nord du club de golf Elm Ridge.

Coup d'oeil sur cet article

En tournant au ralenti cet été en pleine recherche d’un bon calibre de compétition, Raoul Ménard voulait saisir sa chance à l’Omnium Mackenzie cette semaine. Il n’a pas perdu de temps alors qu’il a amorcé le tournoi du circuit canadien avec une ronde de 66, six coups sous la normale.

En sortant des blocs avec force, le nom du jeune golfeur québécois apparaît dans une égalité au troisième rang du tableau principal, à deux coups du meneur américain Kyle Mueller.

Connaissant très bien le parcours Nord du club de golf Elm Ridge, il a mis son plan de match à exécution malgré les conditions détrempées en raison de la pluie de la veille. Il ne s’est pas trop éloigné des allées et son fer droit a coopéré sur les verts.

« La recette ici, c’est de mettre la balle en jeu. J’étais confortable avec mon bois de départ en main et tout le reste, c’est le fer droit qui l’a fait. C’était exceptionnel. Les roulés tombaient, a expliqué le droitier de 27 ans affilié au club de golf Pinegrove.

Se sortir d’impasse

« Et quand j’étais en moins bonne position, je réussissais à me reprendre de brillante façon », a ajouté celui qui se disait fier de sa performance.

Ménard était encore tôt dans la journée lorsqu’il a signé sa carte, mais son score a tenu le coup dans le derby au sommet du tableau.

Il doit maintenant continuer à appuyer sur l’accélérateur, car ses adversaires ne lèveront surtout pas le pied dans la féroce compétition. Lors des 10 premiers tournois de la saison, les meneurs avaient fréquemment retranché plus de 12 coups à la normale après 36 trous en terminant sous la barre des -20 à la ligne d’arrivée.

Bussières dans la bataille

Parmi les 14 Québécois présents, Marc-Étienne Bussières figure non loin derrière Ménard. Le professionnel de l’Académie LongChamp a remis une carte de 68 (-4) bonne pour le 18e rang.

N’eût été ses deux bogueys sur le retour, il apparaîtrait aux côtés de Ménard. « J’ai capitalisé sur mes chances même si mes coups de départ n’étaient pas tout à fait aussi bons que je l’aurais souhaité. Mais j’avais vraiment le compas dans l’œil avec mes fers à l’approche », a relaté celui qui a réalisé six oiselets.

À titre indicatif, à cinq d’entre eux, il n’a que poussé sa balle dans la coupe avec un court roulé de quelques pouces.

Parlant de pouce, au 15e fanion, une normale 3 de 208 verges, son projectile a terminé sa course à un petit pouce du fanion qui lui aurait valu un trou d’un coup.

Au 45e échelon figurent les Yohann Benson, Étienne Brault, Max Gilbert et Keven Fortin-Simard avec un score de 70 (-2).

Hugo Bernard naviguait vers une ronde de 69 (-3), mais deux bogueys sur le chemin du retour l’ont fait grimper à 71 (-1).

« J’ai moins bien fait des tertres sur le retour et en approchant les drapeaux depuis l’herbe longue, je contrôlais moins bien mes approches. C’est une ronde. Il faut continuer de travailler. Il en reste trois autres », a-t-il souligné.