/sports/soccer/impact
Navigation

Un problème de taille

Coup d'oeil sur cet article

Si vous avez l’impression que l’Impact en arrache sur les coups de pied arrêtés, vous avez raison.

Le Bleu-blanc-noir est le cancre de la MLS en la matière avec 14 buts accordés sur phases arrêtées, soit un de plus que le Revolution de la Nouvelle-Angleterre et le FC Cincinnati.

On est loin des premiers de classe que sont le Galaxy de Los Angeles, le Los Angeles FC, le Toronto FC et l’Atlanta United FC, qui ont seulement accordé trois buts sur phases arrêtées cette saison.

Si on peut trouver que l’équipe joue mollement en de telles situations, Wilfried Nancy voit une autre explication.

Petit gabarit

« On sait très bien qu’on n’est pas grands, admet l’entraîneur adjoint. Il faut premièrement éviter les fautes.

« Sur l’aspect tactique, si on est plus haut [sur le terrain], on évitera des fautes et il y aura moins de corners contre nous. »

C’est bien beau en principe, mais le problème de gabarit demeure entier tant que Rod Fanni ne sera pas partant, puisque Zakaria Diallo était le seul « gros bonhomme » de l’effectif.

« Quand on n’a pas de taille, on doit être parfaits pour enlever les ballons, tandis qu’il y a des équipes qui sont peut-être approximatives, mais comme elles ont de la taille, elles arrivent à sortir les ballons », a expliqué Nancy.

« La taille nous handicape un peu, mais il ne faut pas faire une psychose sur les coups de pied arrêtés, même si c’est vrai que cette année, il y en a eu beaucoup [...]. »

Changement

Par ailleurs, Wilmer Cabrera a changé l’approche défensive sur les phases arrêtées en implantant une défensive de zone plutôt que d’homme à homme, comme c’était le cas avec Rémi Garde. Mais la réflexion avait commencé avant le départ du Français.

« Ce n’est pas un gros ajustement, assure Nancy. Il y avait déjà des discussions auparavant pour savoir si on allait rester dans cette façon de défendre sur les coups de pied arrêtés ou pas.

« Ce n’est qu’un état d’esprit, que l’on soit en zone ou en marquage individuel. En zone, on est un peu plus fixés sur nous-mêmes, alors qu’en marquage individuel, c’est plus du un contre un. »