/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

Une boutique pour les friands de design écoresponsable

Une boutique pour les friands de design écoresponsable
Crédit: Boutique DDD

Coup d'oeil sur cet article

Offrir une alternative design et écoresponsable pour les objets ménagers, c’est la mission que s’est donnée Luce Mainguy en lançant la boutique DDD-Dédié au Design Durable il y a quelques semaines dans Rosemont–La Petite-Patrie. 

Dans le local lumineux situé sur la rue Beaubien Est sont mis de l’avant papeterie, tableaux, meubles personnalisés, lampes et autres éléments déco d’une cinquantaine d’artisans et entreprises d’ici et d’ailleurs.

Une boutique pour les friands de design écoresponsable
Crédit: Maude Touchette

«Je choisis la marchandise selon plusieurs règles et critères, explique l’entrepreneure de 36 ans originaire de Québec. Mes partenaires d’affaires doivent entre autres être écoresponsables, respecter certaines normes éthiques et viser le bonheur de leurs employés.»

Luce Mainguy
Crédit: Maude Touchette
Luce Mainguy

Changer la perception des gens sur les produits écologiques et les inciter à un mode de vie plus vert sont des préoccupations qui lui tiennent à cœur. «Je veux montrer qu’il est possible de se procurer des objets qui nous plaisent esthétiquement et qui ne sont pas néfastes pour la planète. Selon moi, si on aime un article et qu’il est de qualité, on va le garder longtemps, ce qui est un pas vers l’écoresponsabilité», croit-elle.

Une boutique pour les friands de design écoresponsable
Crédit: Boutique DDD

 

Un rêve devenu réalité

La passion pour le design habite la femme de Québec depuis de nombreuses années. Après un baccalauréat à l’Université Laval en 2004, elle a choisi de prendre une année sabbatique et d’entamer un cours d’«ecodesign» à Londres. «J’ai découvert cet univers-là, et ça a vraiment été comme une sorte d’épiphanie», a-t-elle confié.

À son retour au pays, l’entrepreneure a œuvré dans quelques agences de création web à Montréal à titre de gestionnaire pour ensuite faire «un petit saut vers l’entrepreneuriat» en se lançant à son compte comme consultante.

À travers ses années professionnelles, elle a bâti une liste de contacts avec les entreprises qui l’intéressaient en vue de démarrer son projet. Il lui a fallu 14 ans avant de passer à l’action et de créer DDD.

«Je ne me sentais pas prête mentalement et financièrement pour me lancer dans le vide comme ça, a-t-elle avoué. À un moment donné, ça criait en moi. Je ne pouvais plus repousser, il fallait que ça se fasse.»

Une boutique pour les friands de design écoresponsable
Crédit: Maude Touchette

Elle a d’abord testé son idée en participant à des boutiques éphémères puis en mettant sur pied une plateforme de vente en ligne. «Il y a eu un plus grand engouement que ce à quoi je m’attendais, s’est-elle étonnée. Ça m’a donné confiance pour avoir ma propre boutique.»

Avec un DESS en gestion de HEC en poche et un local pour accueillir sa marchandise, Luce a finalement ouvert les portes de son magasin le 22 août dernier lors d’une soirée de lancement. «C’était le point culminant de tellement d’efforts!», s’est-elle réjouie.

Quelques participants à la soirée de lancement de la boutique.
Crédit: Maude Touchette
Quelques participants à la soirée de lancement de la boutique.

 

Un pari non négligeable

Pour en arriver où elle en est aujourd’hui, l’entrepreneure a dû faire plusieurs sacrifices. «J’ai démissionné de mon emploi pour me consacrer à mon projet sans savoir si ça allait rapporter. Ça faisait assez peur», a-t-elle expliqué.

Outre un appui financier de PME MTL, la trentenaire a déboursé par elle-même l’argent nécessaire pour réaliser son rêve.

Une boutique pour les friands de design écoresponsable
Crédit: Boutique DDD

«Jusqu’à récemment, je m’occupais d’absolument tout. Quand c’est ta passion, ça ne te dérange pas de faire des heures d’extra. Mais après un certain temps, ça fait du bien d’avoir un coup de main pour répartir les tâches», a-t-elle indiqué.

Au moment de notre entretien, Luce attendait une nouvelle employée qui allait se joindre à l’équipe de DDD, formée de la propriétaire et de deux travailleurs à temps partiel.  

Bien que l’entreprise ne soit âgée que de quelques jours, la femme d’affaires a déjà une vision ambitieuse du futur. «J’aimerais que l’on devienne un incontournable pour ceux qui veulent garnir leur chez-soi d’objets design, de qualité et durables», a-t-elle déclaré.

Elle compte d’ailleurs lancer dès cet automne des ateliers sur l’écoresponsabilité. «Ce sera parfois technique, plus théorique ou ludique! Et c’est ouvert à toute la famille», a-t-elle assuré.

«Si mon entreprise peut avoir un impact positif dans la vie des gens et sur la planète, j’aurai accompli ma mission», estime l’entrepreneure.  

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux