/news/currentevents
Navigation

Le fils de Ken Pereira accusé de meurtre

Le père ne sera pas candidat pour le Parti populaire

FD-MEURTRE-LOUIS-HEMON
Photo Agence QMI, Pascal Girard Une bagarre impliquant une vingtaine de personnes avait éclaté dans le quartier montréalais Villeray, le 20 juillet, se concluant par la mort d’un homme.

Coup d'oeil sur cet article

Le fils de Ken Pereira, qui a annoncé hier qu’il ne se présenterait pas pour le Parti populaire du Canada, est coaccusé dans une histoire de meurtre survenue à la fin juillet, à Montréal.

Matthew Morin-Pereira, 21 ans, a comparu brièvement hier au palais de justice de Montréal avec six autres hommes plus jeunes que lui.

Morin-Pereira, ainsi que Noah Pepin, Marco Savoie, Diego Braccio et Tanvirul Haque sont accusés du meurtre non prémédité de Giovanni Bucchianico, 49 ans.

Ken Pereira.
Ex-syndicaliste
Photo Stevens LeBlanc
Ken Pereira. Ex-syndicaliste

On reproche aussi à Morin-Pereira d’avoir tenté de tuer le fils du défunt, Johnny Hachey Bucchianico, 24 ans, avec l’aide de Pepin et de Savoie ainsi que de Luis Esteban Pacheco Foucault et de Dante Falcone.

Savoie, Braccio et Pacheco Foucault font aussi face à une accusation de vol.

Violente bagarre

Au total, dix suspects ont été épinglés dans cette affaire, avait annoncé jeudi la police de Montréal.

Le soir du 20 juillet, une violente bagarre impliquant une vingtaine de personnes avait éclaté à l’angle des rues Bélanger et Louis-Hémon, dans le quartier Villeray.

Le quadragénaire a succombé à des blessures à la tête par un objet tranchant. Son fils a été blessé à l’aide d’un objet contondant « un peu partout sur le corps », avait alors mentionné la police. La nature du conflit n’est pas encore connue.

Démission surprise

La comparution de Morin-Pereira est survenue le jour de la démission de son père à titre de candidat du parti de Maxime Bernier, en vue du scrutin fédéral en octobre.

« Une terrible tragédie avec ma famille m’oblige de me retirer des élections », a indiqué hier M. Pereira sur son compte Twitter, sans plus de détails.

C’est le parti qui a précisé qu’elle concernait son fils.

Le père était présent hier dans la salle de cour, a constaté Le Journal lors de la comparution de Morin-Pereira.

L’ex-syndicaliste et témoin vedette de la commission Charbonneau comptait se présenter dans la circonscription de Portneuf–Jacques-Cartier, dans la région de Québec.

– Avec Frédérique Giguère et l’Agence QMI