/sports/tennis
Navigation

L’impact de Sylvain Bruneau

Andreescu estime que son entraîneur mérite beaucoup de crédit pour ses succès

Sylvain Bruneau prodigue des conseils à sa protégée lors du match contre Sofia Kenin au Miami Open, en mars dernier.
Photo d’archives, AFP Sylvain Bruneau prodigue des conseils à sa protégée lors du match contre Sofia Kenin au Miami Open, en mars dernier.

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | C’était son moment, jeudi. Elle venait d’effectuer une remontée spectaculaire face à Belinda Bencic pour devenir la deuxième Canadienne dans l’histoire à atteindre la finale d’un tournoi du Grand Chelem après Eugenie Bouchard à Wimbledon, en 2014. Malgré tout, Bianca Andreescu avait une pensée pour son entraîneur, Sylvain Bruneau.

« Je pense qu’il mérite beaucoup de crédit pour ce qui m’arrive. Il a été avec moi dans les bons comme dans les moins bons moments. On travaille ensemble depuis le début de l’année 2018 et nous avons déjà traversé tellement d’épreuves ensemble. D’avoir son soutien et de pouvoir compter sur ses connaissances du tennis m’a grandement aidée. C’est une personne incroyable avec qui je m’entends bien sur le terrain et en dehors. Je suis vraiment contente et reconnaissante du travail qu’on a réalisé ensemble », a-t-elle mentionné.

Andreescu et Bruneau semblent effectivement former un duo complémentaire. Alors que la jeune raquette possède un certain caractère et se montre intense sur le terrain, Bruneau est plutôt de type calme et posé.

Du moins, de l’extérieur !

« Comme entraîneur, tu joues le match avec ta joueuse. J’ai des émotions et je joue chaque point avec elle. Je ne cacherai pas qu’il y a beaucoup de tensions, mais je sais qu’il faut rester calme sur les lignes de côté et projeter une image en confiance et en contrôle. C’est ce que je tente de faire », explique-t-il.

Une équipe

L’entraîneur québécois croit en sa protégée, et depuis longtemps. En 2018, lorsqu’ils ont officiellement commencé à travailler ensemble à temps plein, Bruneau savait que même si la jeune raquette connaissait déjà de bons moments, elle pouvait atteindre un niveau supérieur.

« J’avais le sentiment qu’elle pouvait en faire encore plus, qu’elle pouvait faire davantage que simplement frapper la balle avec force. Nous avons donc beaucoup regardé ce que les hommes font, leur façon de jouer avec plus de diversité et en utilisant tout le terrain. Elle avait ce qu’il faut pour jouer ce style de jeu. Depuis ce temps, on met beaucoup l’accent afin qu’elle choisisse bien ses coups. »

Expérience

Bruneau accompagnera une joueuse dont il est l’entraîneur principal en finale d’un tournoi du Grand Chelem pour la première fois de sa carrière. Toutefois, il était dans l’entourage d’Eugenie Bouchard en 2014 lorsque cette dernière avait atteint le match ultime du tournoi de Wimbledon.

Une expérience qui, croit-il, pourra lui servir.

« On arrive dans une situation où j’ai peu d’expérience, il faut le dire. C’est la première fois pour moi aussi que je suis entraîneur d’une joueuse en finale. Par contre, en 2014, j’étais dans l’environnement d’Eugenie Bouchard lorsque Nick Saviano était son entraîneur personnel. J’ai beaucoup appris et je pense que ça m’a préparé pour ce qui se passe maintenant. »