/finance/business
Navigation

Un autre fleuron vendu

Nordresa est cédée à des intérêts américains en l’absence d’appui financier d’ici

Fondée par Sylvain Castonguay en 2015, Nordresa fabrique des systèmes de propulsion électriques pour véhicules commerciaux. Elle vient d’être acquise par l’américaine Dana, qui a aussi racheté d’Hydro-Québec une participation majoritaire dans TM4, en 2018.
Photo d’archives, Ben Pelosse Fondée par Sylvain Castonguay en 2015, Nordresa fabrique des systèmes de propulsion électriques pour véhicules commerciaux. Elle vient d’être acquise par l’américaine Dana, qui a aussi racheté d’Hydro-Québec une participation majoritaire dans TM4, en 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le Québec veut devenir leader de l’électrification du transport, le fabricant de camions électriques Nordresa vient d’être vendu à des intérêts américains, après avoir tenté en vain d’obtenir du financement du gouvernement Legault, a appris Le Journal.

Dans un communiqué publié en anglais seulement la semaine dernière, Dana Incorporated (NYSE : DAN), une entreprise de l’Ohio, a annoncé la finalisation de l’acquisition de Nordresa, Inc., fondée en 2015 par le Lavallois Sylvain Castonguay et devenue depuis experte dans le développement et la commercialisation de chaînes de traction électriques pour véhicules utilitaires.

Les termes de la transaction n’ont pas été divulgués.

Cette vente est survenue après de nombreux mois de discussions entre l’entreprise et plusieurs intervenants, notamment du côté d’Investissement Québec et du cabinet du ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon, selon nos informations.

« Comme n’importe quelle entreprise qui grandit, on a cogné à des portes, à différentes institutions québécoises pour qu’ils nous aident en nous fournissant du financement. On voulait passer à la vitesse supérieure », explique l’ex-président et chef de la direction Sylvain Castonguay, en entrevue.

En parallèle, l’entreprise cherchait aussi « une alliance stratégique » avec un partenaire commercial. « Finalement, on a été acheté », résume-t-il.

Il se défend d’avoir vendu l’entreprise dans le seul but d’en faire un profit, jugeant que c’était la meilleure décision pour assurer l’essor de cette technologie.

M. Castonguay soutient que les 45 employés québécois de la compagnie vont demeurer en poste... mais convient que rien dans l’entente de vente à Dana ne l’exige.

Sylvain Castonguay
Photo Chantal Poirier
Sylvain Castonguay

Grosse perte

Selon l’expert en électrification et ex-ministre péquiste de l’Environnement Daniel Breton, la vente de Nordresa est un nouvel exemple parmi d’autres de l’incapacité du Québec à soutenir ses entreprises innovantes.

« L’électrification est devenue une priorité du gouvernement. Mais ce premier test, on l’a échoué avec la vente [de Nordresa] », dit-il. « Des entreprises, des gens brillants et leurs connaissances vont encore nous échapper. »

Il presse le gouvernement Legault de donner suite à sa promesse d’en faire davantage pour éviter la perte de fleurons québécois.

En entrevue, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, reconnaît avoir été contacté par M. Castonguay.

« Ils avaient besoin d’argent, mais aussi de soutien stratégique. Et on ne peut être le seul fournisseur de fonds. On leur avait demandé un certain nombre de choses concernant l’écosystème d’entreprises autour d’eux et s’ils avaient répondu à nos demandes, on les aurait aidés », a-t-il indiqué.

Il ne s’offusque pas de voir Nordresa vendue à des Américains.

« Il faut accepter, des fois, qu’une société ait besoin de support parental, stratégique, d’une autre compagnie. »

Le Québec, leader de la batterie lithium-ion ?

Le développement ultrarapide de l’utilisation de l’automobile électrique représente une occasion en or pour le Québec et sa filière de la batterie lithium-ion. Mais celle-ci aura peut-être besoin d’un électrochoc pour démarrer.

Réalisée par KPMG, une étude rendue publique par la grappe industrielle Propulsion Québec, hier, soutient que la province possède plusieurs atouts pour se positionner dans la filière mondiale des batteries lithium-ion.

Le Québec présente des forces certaines, à commencer par une présence importante de matières premières, comme le lithium, le graphite, l’aluminium et le cuivre.

La proximité des constructeurs automobiles américains est aussi perçue comme un avantage, bien qu’à ce titre, l’Ontario et son industrie auto sont mieux placés.

Encore des défis

Mais les défis sont encore nombreux, notent les auteurs. Le Québec compte ainsi bien peu d’expérience industrielle de la production de cellules lithium-ion, particulièrement lorsqu’on le compare aux géants asiatiques qui œuvrent dans ce secteur depuis des années, voire des décennies. Sa chaîne d’approvisionnement et ses intervenants ont peu ou pas de contacts avec les chaînes mondiales existantes.

Sans compter les coûts de main-d’œuvre typiquement plus élevés qu’en Asie et « une complexité administrative pour se mettre en conformité avec les réglementations en environnement », note KPMG.

« Ça nous prend des partenaires financiers et stratégiques, reconnaît le ministre de l’Économie Fitzgibbon, présent au dévoilement de l’étude. Si on veut faire tout ce que propose la filière au Québec, ça prendrait des milliards $. Si le privé y croit et est prêt à y investir, on va être là », a-t-il assuré. Une « stratégie québécoise de développement de la filière de batteries lithium-ion » devrait d’ailleurs être dévoilée plus tard cet automne par la CAQ et Investissement Québec.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.