/sports/opinion/columnists
Navigation

Affronter l’ouragan

Coup d'oeil sur cet article

Bianca Andreescu va jouer à 4 h cet après-midi. Elle est extraordinaire. Fille d’immigrants roumains, elle a de la Nadia Comaneci, du Lucian Bute et de la Simona Halep en elle. Du chien et de la volonté.

Mais contre Serena Williams, ça va être plus qu’un match de tennis. La foule de New York est déjà explosive et mal élevée. Même au tennis.

En plus, ce n’est pas tout d’affronter une Américaine pour un titre du Grand Chelem. Elle va affronter une Américaine en quête de l’Histoire. Égaler la marque de 24 victoires de Margaret Court.

Si elle gagne le tournoi, ce sera dans la poche. À 38 ans, après trois années difficiles. Ça va être fou dans les journaux, à la radio et à la télé à New York avant le match. Je sais déjà comment seront accueillis les amateurs à Flushing Meadows. Tout va leur rappeler que Serena cherche l’Histoire.

Et la jeune Bianca, qui a la moitié des années de Mme Williams, sera seule sur le court. Maman, papa, Sylvain Bruneau et quelques amis dans les estrades, écrasés par 23 000 New Yorkais...

Mais elle est capable...