/opinion/columnists
Navigation

Donnant-donnant

Coup d'oeil sur cet article

Hier, Hôtel Rive Gauche au bord du Richelieu à Belœil, j’animais une soirée hommage à José Lobato. Qui c’est, ça ? Un mécène, un philanthrope, quelqu’un qui fait beaucoup d’argent certes, mais qui donne, qui vient en aide à la communauté, qui s’implique et qui est un exemple extraordinaire. Lobato est un promoteur immobilier sur la Rive-Sud de Montréal. Il achète et vend des terrains, il bâtit, il loue, il revend. Parti de la petite ferme de son père, il est devenu un géant, mais en gardant les deux pieds bien solidement au sol. Un homme de 67 ans de cœur, de famille, d’amitié, de fidélité, qui est né en Espagne et devenu plus Québécois que vous et moi, et l’autre. Depuis une dizaine d’années, son enfant chéri, c’est l’Hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe. Incroyable tout l’argent que lui et ses acolytes ont généré et amassé pour le fonds de ce centre de santé. C’est une passion humanitaire.

LA LOI

Et, il n’y a pas si longtemps, on a approché Jose pour un coup de pouce à la Maison Victor-Gadbois, reconnue et si appréciée pour ses soins aux gens en fin de vie atteints du cancer. La demande n’est pas tombée n’importe où. Jose et son ami Alain Pigeon, un autre formidable donateur, ont réuni ingénieurs, architectes, constructeurs, gens de métier qui sont tous devenus de grands bénévoles, et la Maison Gadbois en un rien de temps s’est retrouvée avec un projet de plus d’un million de dollars.

Mais la loi étant la loi, José Lobato n’avait pas le droit de faire un tel don. Il l’a vendue. Un dollar... pas de taxe. J’espère qu’il ne se fera pas prendre.

ITOU

  • La nouvelle devise du Québec : « Nous embauchons ».
  • En voyant Montréal, l’ouragan Dorian a rebroussé chemin et s’est dit : « On est déjà passé par ici... »
  • Bientôt à Montréal, spectacle culinaire marocain. Reste à confirmer les dattes.
  • Au lieu de dire un « café expresso allongé », dites simplement un « allongé ». Allongé devient un raccourci.
  • Le rêve étudiant, c’est d’être une rivière. Elle suit son cours sans quitter son lit.

À MARDI

C’est tout ce que je sais pour l’instant.