/sports/opinion/columnists
Navigation

Joueurs et proprios: dans le respect

Le directeur de l’Association des joueurs, Donald Fehr (à gauche), a indiqué que les négociations avec la LNH étaient cordiales.
Photo d’archives, AFP Le directeur de l’Association des joueurs, Donald Fehr (à gauche), a indiqué que les négociations avec la LNH étaient cordiales.

Coup d'oeil sur cet article

L’Association des joueurs et les propriétaires de la Ligue nationale ont poursuivi les discussions, hier, dans le but de clarifier la situation relativement à la décision que prendront les patineurs d’ici le 15 septembre.

Ils devront répondre à la question : désirez-vous poursuivre avec la même convention de travail jusqu’à la fin de 2022-23 ou encore préférez-vous mettre un terme à la présente entente après la saison 2019-2020.

Donald Fehr a raison. Peu importe la décision, il n’y a rien d’alarmant. Pourquoi ? De bonne mémoire, on a rarement vu un climat aussi approprié pour accentuer les négociations.

« Nous aurons encore plusieurs mois devant nous pour poursuivre les pourparlers et je dois préciser que, jusqu’à maintenant, tout se déroule dans le respect et la cordialité, souligne Fehr. Il y a des sujets très importants, où il y a un profond désaccord, mais les arguments des deux côtés sont livrés de façon civilisée. »

Plus populaire

Les propriétaires sont heureux parce que le hockey progresse. Les joueurs reconnaissent que, depuis le dernier lockout, le sport gagne en popularité. Le prochain contrat avec la télévision américaine dépassera toutes les prévisions.

Également, comme le notait Jonathan Toews, les membres de l’Association sont plus jeunes que jamais, plusieurs d’entre eux n’ont jamais vécu un arrêt de travail. Et ces jeunes joueurs font sourire leurs banquiers avec des contrats faramineux. Par conséquent, désirent-ils un arrêt des activités ?

Il y a toujours le règlement du compte en fiducie qui soulève l’ire des joueurs. Cependant, une augmentation des revenus amenuisera assurément le pourcentage que les patineurs versent pour compenser le manque à gagner.

Il y a aussi la Coupe du Monde, les Jeux olympiques, bref, les sujets sont nombreux, mais il semble y avoir une volonté de résoudre les problèmes.

Pour la première fois depuis des lunes, la perspective d’un lockout ou d’une grève ne préoccupe pas les joueurs et les propriétaires.

Dubas : la vérité ?

– Kyle Dubas a tenu, cette semaine, à calmer les partisans des Maple Leafs de Toronto de plus en plus impatients au sujet de dossier Mitch Marner. Qu’a-t-il fait ? Une tournée des principaux médias d’information de Toronto ? Marc Bergevin aurait-il pris la même décision ? Je l’ignore. Cependant, il ne l’avait pas fait dans le dossier P.K. Subban, mais à sa défense, contrairement à Marner, le défenseur avait eu droit à l’arbitrage. Dubas a répété des dizaines de fois qu’il en viendra à un accord avec Marner. Ah bon, mais pourquoi prolonger les discussions ? Évidemment, il s’agit d’une question monétaire ainsi que de la durée de l’entente. Cependant, a-t-on agi de cette façon avec Auston Matthews ? Non. Et c’est pourquoi le clan Marner est intraitable jusqu’ici. On n’a pas apprécié du tout l’attitude de Dubas... et avec raison.

– Nick Suzuki, Ryan Poehling et Josh Brook participent au camp des recrues, mais la vraie audition, c’est pour la semaine prochaine dans le cadre du camp d’entraînement. Pourront-ils trouver une place dans le vestiaire pour le début de la saison en Caroline contre Sebastian Aho et les Hurricanes de la Caroline ? À la demande de Claude Julien, Suzuki évoluera sur le flanc droit au cours des prochains jours, mais c’est avant tout un joueur de centre. Poehling a toutes les ressources pour réussir. Brook est un écran de sûreté pour l’unité défensive.

– Mais la vraie question : avec 15 attaquants possédant des contrats de la Ligue nationale, y a-t-il de la place pour Suzuki et Poehling ? Si les deux joueurs démontrent qu’ils sont prêts pour la prochaine étape, celle d’amorcer leur carrière dans la Ligue nationale, pourquoi pas ? On a fourni cette opportunité à Kotkaniemi l’an dernier ? N’est-il pas préférable d’accorder du temps de jeu à de jeunes joueurs talentueux plutôt qu’à des vétérans recrutés à gauche et à droite pour colmater les brèches ? Malheureusement, il y a des entraîneurs qui vont favoriser un vétéran plutôt qu’un jeune inexpérimenté, ne maitrisant pas toutes les exigences du hockey professionnel. Pour plusieurs, la grande majorité, le développement, c’est une chose, sauf que les séries éliminatoires représentent très souvent la meilleure sécurité d’emploi.

– Les Hurricanes mènent 2-0 et on n’a toujours pas chaussé les patins. L’équipe de la Caroline a acquis le défenseur Jake Gardiner, hier, l’attirant avec une proposition de 16 M$ et plus pour quatre ans. En septembre, c’est un contrat que tu ne peux refuser. On laissait croire, en coulisses, que le CH avait un intérêt pour Gardiner. Je doute toutefois qu’on ait consenti un contrat de quatre ans.