/misc
Navigation

L'asphyxie

L'asphyxie
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Lors de la dernière élection, la CAQ a pris la place du Parti Québécois comme véhicule privilégié de la majorité francophone. Le gouvernement est déterminé à ne rien laisser au PQ, qui peine à exister. 

Entre 2011 et 2018, la CAQ et le PQ se sont engagés dans un bras de fer sur de nombreuses questions, courtisant les mêmes segments de l’électorat; familles, régions, petits entrepreneurs.     

Ne mettant plus de l’avant son projet fondamental de peur de faire fuir les électeurs nécessaires à la formation d’un gouvernement majoritaire, ne pouvant pas non plus le rejeter complètement de peur de perdre les péquistes purs et durs, le PQ s’est porté sur une roue de secours idéologique qui consistait à devenir un parti revendicateur sur le plan constitutionnel tout en gouvernant au centre-gauche durant les années fastes, et au centre-droit quand cela était nécessaire.    

Coup de chance pour la CAQ, le dernier mandat du PQ au gouvernement fut minoritaire et court, le privant de mettre de l’avant de manière durable des politiques qui allaient vraiment changer la vie des Québécois, et donc de se présenter comme la meilleure option des deux.    

Autre coup de chance pour la CAQ, en se disputant le terrain de l'identité, le PQ a envoyé des milliers d’électeurs dans les bras des solidaires, qui n’en demandaient pas tant!    

Pour couronner le tout, la CAQ s’est vu donner une large majorité de sièges ET des coffres pleins. Merci à la gestion serrée (ou à l’austérité, c’est selon la spin qui vous sied) des finances publiques des libéraux.    

Résultat: la CAQ gouverne au centre-gauche, revendique auprès du fédéral et reprend à son compte beaucoup d’idées du PQ qu’elle applique maintenant qu’elle a les deux mains sur le volant. Le gouvernement recrute allègrement chez les anciens staff péquistes pour garnir ses cabinets ministériels. Ils y semblent confortablement installés.    

Pour le PQ, c’est l’asphyxie.    

Les bleus aux commandes 

Prenons l’identité. Le projet de loi 21 caquiste a succédé à la charte des valeurs péquiste. Sur le terrain de la langue, le gouvernement Legault exprime les mêmes inquiétudes que les gouvernements péquistes l’ayant précédé. On constate néanmoins peu d’action concrètes à part la mise sur pied d’un commissaire à la langue pour la métropole. (D’ailleurs, ça me fait énormément rouler des yeux quand je repense à l’attitude de la CAQ lors des débats entourant le projet de loi 14, piloté par Diane de Courcy). L’ajustement ministériel de cette semaine, ayant été annoncé au moment même où les péquistes essayaient d’exister était, ma foi, la cerise sur le sundae.    

Prenons encore le développement de l’Est de Montréal, où la CAQ reprend quasi intégralement à son compte le programme présenté par le PQ lors des dernières élections et le traite à la sauce «zones d’innovations».    

Hormis la question des maternelles quatre ans et du troisième lien, on pourrait croire que l’actuel gouvernement est péquiste.     

Pour les députés du PQ, la question demeure: comment exister, alors qu’un autre parti, sorti de la cuisse gauche (ou droite?) reprend, avec succès et au plus grand bonheur des électeurs toujours péquistes, notre partition?     

Un focus sur l’indépendance, seule nuance de bleu marquée avec la CAQ, n’est pas la clé vers une victoire à court terme. Mais à défaut de gagner, il faut survivre.