/weekend
Navigation

Laurence Jalbert propose son album le plus original

Coup d'oeil sur cet article

De plus en plus de légendes vivantes semblent s’enfoncer dans des passages obligés :

  • l’album de reprises consacré à un artiste
  • l’album de reprises symphoniques
  • l’album de reprises acoustiques
  • l’album dans un autre genre musical
  • l’album de reprises en duos
  • l’album de reprises acoustiques en duos en édition limitée sur vinyle, etc.

Laurence Jalbert

Photo courtoisie

★★★★

Au pays de Nana Mouskouri

Fidèle à sa réputation, Laurence Jalbert en fait toutefois qu’à sa tête ici.

Non contente de combiner deux passages en un seul (« l’album de reprises consacré à un artiste » et « l’album dans un autre genre musical »), l’autrice-compositrice-interprète étonne en interprétant des chansons de Nana Mouskouri... à la sauce country !

Au programme : des hits, bien sûr (comme L’amour, c’est comme l’été qui ouvre le bal) ainsi que des airs plus méconnus (la sympathique Mets ta main dans la main, par exemple).

Un amalgame... original !

Bien que l’assemblage peut, de prime abord, faire sourciller (voire sourire lorsqu’on s’attarde au titre qui fait vaguement émission de télé pour enfants), Mme Jalbert s’en tire à merveille en s’appropriant carrément le matériel original tout en l’amenant ailleurs. Celles et ceux qui ne connaissent pas tous les succès de Mme Mouskouri n’y verront que du feu, même.

Admirable aussi de l’autre côté du micro

Également à souligner : la production est aussi grandiose (ça ne sonne pas cheap du tout) que chaleureuse (ça sonne « de party » itou).

Un bel exercice de style, donc !

Sheryl Crow

Photo courtoisie

★★★

Threads

La rumeur veut que ce 11e LP de la chanteuse folk rock soit son dernier (N.B. Elle ne prend toutefois pas sa retraite et proposera, par la suite, des mini-albums). Elle en profite donc pour rassembler héros, amis et relève en duos, et en résulte un projet aussi ambitieux que fourre-tout (le rappeur Chuck D intervient sur Story Of Everything, une chanson – vous l’aurez deviné – plutôt hétérogène). Bref, le fil d’Ariane qui lie les (nombreuses) pièces de l’œuvre est assez mince. Sans être horrible, Threads demeure cruellement en dents de scie.

L’INDICE

Photo courtoisie

★★★

YA YA YA YA

Livrer un album inspiré de sa vie de famille est un exercice cruellement complexe. D’un côté, avoir un enfant est une expérience bouleversante (évidemment). De l’autre, c’est aussi un lieu extrêmement commun. L’homme à tout faire derrière L’INDICE, Vincent Blain, ajoute donc une énième corde à son arc ici en s’improvisant funambule oscillant entre ses aspirations rock de champ gauche et son ADN de paternel. À noter, toutefois : lorsqu’on considère YA YA YA YA comme un LP plus « familial », l’exercice – déjà sympathique – passe mieux.

Melanie Martinez

Photo courtoisie

★★½

K-12

Bien qu’elle tire déjà son épingle du jeu depuis son passage remarqué à The Voice en 2012, la chanteuse pop controversée Melanie Martinez pourrait bien arriver à charmer le fameux grand public avec ce deuxième album plus soutenu. Suite directe de Cry Baby (2015), l’œuvre explore maintenant la vie scolaire et la crise d’adolescence du personnage du même nom créé par Martinez. Outre le buzz qui entoure le projet, K-12 s’avère plutôt drabe malgré les aspirations « gagaesque » de l’artiste. Dommage.

Coup de coeur

TAKTIKA

Photo courtoisie

★★★½

Tant que j’respire

Dans les tranchées du rap keb depuis un bon moment déjà, les vétérans du duo Taktika rebondissent finalement avec un septième LP plutôt musclé sous le bras. Toujours en forme – et bien entourés (Rymz, Dramatik et Sarahmée, notamment, collaborent) –, les rappeurs T-Mo et B-Ice offrent une œuvre destinée, avant tout, à leurs fans. D’où, peut-être, la surabondance de textes introspectifs sur la réputation du projet et les moult mises en abyme sur l’art d’écrire, etc. Outre ce point, Tant que j’respire se prend bien.