/world/opinion/columnists
Navigation

De sauveur à traître, la déchéance de Robert Mugabe

Robert MUGABE
Photo d'archives, AFP Robert Mugabe

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas tous les jours qu’un héros, qu’une idole, qu’une légende meurt et qu’on s’exclame « Bon débarras ! ». C’est pourtant ce qu’inspire la mort de Robert Mugabe, libérateur et tortionnaire du Zimbabwe.

Comme tant d’autres individus qui ont marqué l’histoire, Robert Mugabe est un monument de paradoxes. Il était brillant et valorisait l’éducation, accumulant lui-même les diplômes universitaires. Il a d’ailleurs laissé à ses compatriotes un des meilleurs systèmes d’éducation primaire et secondaire d’Afrique.

Mugabe a eu le courage de ses convictions, perdant dix ans de sa vie dans les prisons de la Rhodésie raciste. Héros national grâce à sa lutte contre les suprématistes blancs, il ne s’est pas montré avare de son succès, se faisant le champion du panafricanisme et de l’émancipation du continent.

Le personnage est pourtant détestable. Il a trahi les idéaux du mouvement de libération qu’il a mené en s’installant au pouvoir au lendemain de l’indépendance, perpétrant au fil de trente-six ans de tyrannie pratiquement toutes les violations des droits de la personne possibles.

Corrompu, bourreau, meurtrier

Dans un pays pourtant arraché à la ségrégation et au racisme, Robert Mugabe a exploité les tensions ethniques pour se débarrasser de ses ennemis politiques. Quelques années à peine après l’indépendance, il a lancé ses forces de sécurité – formées par la Corée du Nord – contre la communauté ndébélé, une des deux grandes ethnies du pays, qui soutenait un de ses rivaux. Le massacre a fait entre 8000 et 30 000 morts.

Vingt ans plus tard, il poussait ses partisans à s’attaquer aux derniers propriétaires terriens blancs, les chassant sans compensation. Le pays n’a fait, par la suite, que s’enfoncer toujours un peu plus dans la crise et la misère. On souffre même de la faim aujourd’hui dans l’ancien « grenier de l’Afrique ».

Son aura de champion de lutte anticolonialiste lui a longtemps permis de masquer sa pauvre gestion des richesses du pays et la brutalité de son pouvoir. Il entretenait aussi une très haute idée de lui-même. Ainsi, le jour de ses 88 ans, faisant référence aux épreuves qu’il avait surmontées, il se vantait d’avoir « battu le Christ, qui lui n’est mort et n’est ressuscité qu’une seule fois ».

Insolent et cynique, il s’est permis de critiquer Nelson Mandela en Afrique du Sud pour avoir choisi la réconciliation avec la minorité blanche. Charismatique jusqu’à la fin, il a été ovationné, à 92 ans, par les représentants de l’Union africaine, après un discours incisif contre l’impérialisme et l’homosexualité.

Dis-moi qui tu fréquentes...

Les Africains rendent hommage au combattant anticolonialiste et on les comprend. Cela dit, quand les louanges viennent de la Russie de Vladimir Poutine ou de la Chine de Xi Jinping qui salue le « dirigeant politique exceptionnel », on saisit que Robert Mugabe était loin d’être ancré dans le camp démocrate. En d’autres mots, à héros de la lutte anticoloniale égal, Mugabe n’était pas Mandela.

On souligne, ces années-ci, six décennies d’indépendance africaine. Entre 1956 et 1962, la France laissait aller ses colonies, alors que les Britanniques étiraient, pendant encore quelques années, le contrôle sur leurs possessions.

La pénible transition du Zimbabwe, de colonie britannique raciste à pays indépendant ruiné, nous rappelle que le boulet de la colonisation reste lourd à porter. Espérons qu’avec la mort de Robert Mugabe, le cauchemar des Zimbabwéens prendra bientôt fin.

LE ZIMBABWE, AU SUD DE L’AFRIQUE

  • 390 000 km2 (l’équivalent de Terre-Neuve & Labrador)
  • 16,5 millions d’habitants
  • 60 % ont moins de 25 ans
  • 72 % vivent dans la pauvreté

Espérance de vie :

  • Homme 59 ans
  • Femme 63 ans

CES LIBÉRATEURS QUI SE SONT ACCROCHÉS AU POUVOIR...

  • Gabon, 1967-2009 (42 ans)
    <b>Omar Bongo</b>
    Photo d'archives, AFP
    Omar Bongo
  • Angola, 1979-2017 (38 ans)
    <b>José Eduardo dos Santos</b>
    Photo d’archives, REUTERS
    José Eduardo dos Santos
  • Côte d’Ivoire, 1960-1993 (33 ans)
    <b>Félix Houphouët-Boigny</b>
    Photo d'archives, AFP
    Félix Houphouët-Boigny
  • Tunisie, 1957-1987 (30 ans)
    <b>Habib Bourguiba </b>
    Photo d'archives, AFP
    Habib Bourguiba
  • Zimbabwe, 1987-2017 (29 ans)
    <b>Robert Mugabe</b>
    Photo d'archives, AFP
    Robert Mugabe

...ET CEUX QUI LES ONT SUIVIS

  • Cameroun, depuis 1975 (44 ans)
    <b>Paul Biya</b>
    Photo d'archives, AFP
    Paul Biya
  • Guinée éq., depuis 1979 (40 ans)
    <b>Teodoro Obiang</b>
    Photo d'archives, AFP
    Teodoro Obiang
  • Ouganda, depuis 1986 (33 ans)
    <b>Yoweri Museveni</b>
    Photo d'archives, AFP
    Yoweri Museveni
  • Tchad, depuis 1990 (29 ans)
    <b>Idriss Déby</b>
    Photo d'archives, AFP
    Idriss Déby