/lifestyle/psycho
Navigation

Des actions concrètes pour vivre mieux

Stéphane Lemire (en avant-plan) et Jacques Beaulieu.
Photo courtoisie Stéphane Lemire (en avant-plan) et Jacques Beaulieu.

Coup d'oeil sur cet article

Passionné par la question des aînés, par leurs problèmes de santé et par les nombreux défis liés au vieillissement, le Dr Stéphane Lemire, spécialiste en médecine interne et en gériatrie, propose des idées concrètes pour vivre mieux, plus longtemps, dans un nouveau livre, Vieillir, la belle affaire.

Qu’est-ce qui est normal à un certain âge ? Qu’est-ce qui ne l’est pas ? Comment améliorer sa propre situation ou celle de ses proches ? Quand aller chercher de l’aide face aux difficultés cognitives ?

Le vieillissement, un phénomène inévitable, est vraiment examiné sous toutes ses coutures.

Son ouvrage décrit ce qu’il est normal de « subir » et d’endurer... et ce qui ne l’est pas. Il permet à tout un chacun de se situer par rapport aux aspects physiques, intellectuels, psychologiques et matériels du vieillissement.

<b><i>Vieillir, la belle affaire</i></b><br />
Stéphane Lemire et Jacques Beaulieu<br />
Éditions Libre Expression, 336 pages.
Photo courtoisie
Vieillir, la belle affaire
Stéphane Lemire et Jacques Beaulieu
Éditions Libre Expression, 336 pages.

En effet, il y a beaucoup de choses à considérer : la mobilité, l’ostéoporose, la médication, les pertes cognitives, les deuils, l’isolement, les finances et la gestion des biens.

Pouvoir d’agir

Vieillir, ça fait peur ?

« Dans l’espace public, on parle beaucoup de vieillissement, mais on voit les côtés négatifs du vieillissement, toutes les choses qui fonctionnent mal dans le système de santé ou ailleurs, par le fait qu’il y a de l’âgisme. Mais l’idée du livre, c’est d’aller au-delà de ces mythes et faire en sorte que le vieillissement ne soit pas juste une source d’inquiétude. Il faut donner un peu de pouvoir d’agir aux gens, par rapport à ça. »

Normal ou pas ?

Le Dr Lemire pense que les gens acceptent beaucoup de choses par rapport au vieillissement, bien qu’elles ne fassent pas nécessairement partie d’un vieillissement normal. « En pratique clinique, on voit souvent des gens qui ont accepté des situations qui ont un impact important sur leur qualité de vie, alors qu’il y avait quelque chose à faire », dit-il.

« Quand on les aide à retrouver un peu plus de qualité de vie, en agissant sur les causes des problèmes plutôt qu’en essayant de mettre des “plasters”, on réussit à améliorer leur qualité de vie et les gens sont très contents. Ils voient que vieillir, c’est pas juste décrépir. Il y a des choses qu’on doit accepter, en lien avec le vieillissement, mais il y a des choses sur lesquelles on peut intervenir. »

Expérience réussie

Vieillir, la belle affaire parle de mobilité, de nutrition, de sommeil, de médication. Il est aussi question de « vieillissement réussi », un terme qui décrit le fait que même quand on vieillit, on est capable de s’accomplir.

« L’expression est intéressante, le concept est intéressant, mais le vieillissement réussi, ce n’est pas nécessairement un vieillissement où on a toutes nos capacités et où on reste aussi “bon” que quand on était jeune. Oui, on veut que les gens vieillissent en bonne santé, mais ça ne veut pas dire avoir aucun problème de santé, ou faire en sorte de vivre au-delà de 100 ans. »

« L’idée du livre n’est pas d’arriver à un vieillissement presque parfait... c’est de faire comprendre aux gens qu’il y a des situations de vieillissement qui sont normales et d’autres qui ne le sont pas. Il est question, dans le livre, de donner des outils pour maximiser la qualité de vie. »

Le Dr Lemire donne un exemple concret : les problèmes de sommeil et les habitudes à prendre pour mieux dormir. « Être insomniaque et prendre des pilules pour dormir, ça ne fait pas partie de la normalité. Les gens minimisent beaucoup l’impact de leurs comportements et la façon dont ils agissent au quotidien sur leur santé et sur leur qualité de vie. »

« Les gens prennent des médicaments pour dormir et disent, je dors bien... mais en même temps, ça augmente le risque d’avoir des problèmes de mémoire, de tomber, d’avoir d’autres difficultés. »