/auto/reviews
Navigation

Ford Ranger: pas si petite cette camionnette

2019 Ford Ranger FX4 SuperCrew
Photo courtoisie, Ford En 2019, la Ford Ranger fait un retour après sept années d’absence. Mais on ne parle plus d’une camionnette de taille compacte. Comme ses rivales, il s’agit désormais d’un véhicule de taille moyenne.

Coup d'oeil sur cet article

La Ford Ranger est de retour ! Mais n’allez pas croire qu’elle est aussi petite que son ancêtre des années 1970. Elle se compare aux Colorado, Frontier, Tacoma et autres du genre qui constituent l’actuel créneau des camionnettes de taille moyenne.

En janvier dernier, une nouvelle camionnette a fait son entrée chez les concessionnaires Ford : la Ranger. Nouvelle, cette « petite » Ranger ? Pas tout à fait. Les habitués de l’ovale bleu se souviendront des camionnettes qui ont porté ce nom dès 1972. À l’origine, il s’agissait d’un clone de la Mazda Série B. Elle ressemblait à une F-150 miniature et la version d’entrée de gamme était à peine plus longue qu’une berline Focus 2018. Cette petite camionnette devait contrer la popularité croissante des modèles compacts japonais.

En 1983, cette camionnette a été remplacée par une première Ranger développée aux États-Unis, un modèle un peu plus volumineux. Puis, en 1997, une troisième génération lui a succédé jusqu’à ce que Ford décide de concentrer ses activités commerciales autour de la Série F (F-150 et Super Duty), en 2012. Prise à l’instar de GM et Chrysler, cette décision a mené le constructeur de Dearborn à négliger le créneau des camionnettes compactes sous prétexte que personne n’en voulait. Comme si le sacro-saint concept « Bigger is better » seul dictait la voie à suivre.

PAS SI NOUVELLE

Et pourtant, la popularité soutenue des Toyota Tacoma et Nissan Frontier suggérait le contraire. Le retour de la Honda Ridgeline, l’arrivée de la Jeep Gladiator et les rumeurs entourant sa future jumelle Ram (attendue l’an prochain), sans oublier le lancement pressenti de camionnettes chez Hyundai et Kia sont autant de raisons qui ont poussé Ford et GM à réinvestir ce créneau qu’ils avaient visiblement mal jaugé.

Le hayon de la caisse s’abaisse à 85,9 cm (environ 3 pi) du sol.
Photo courtoisie, Ford
Le hayon de la caisse s’abaisse à 85,9 cm (environ 3 pi) du sol.

La Ranger 2019, quatrième du nom, n’est toutefois plus une petite camionnette. Elle est marginalement plus longue qu’une F-150 dotée d’une cabine régulière et d’une caisse de 6,5 pi (5355 mm contre 5316) !

Elle n’est pas si nouvelle non plus. Mise au point par la filiale australienne de Ford, elle est vendue en Amérique latine, en Afrique et dans la région Asie-Pacifique depuis 2011. Par contre, les camionnettes offertes de part et d’autre du 45e parallèle, sur ce continent, nous parviennent de l’usine Ford de Wayne, au Michigan, là où sera assemblé l’utilitaire Bronco tant attendu en 2021.

GAMME SIMPLIFIÉE

La gamme Ranger proposée aux acheteurs canadiens est, par ailleurs, on ne peut plus simple. C’est le reflet de la demande moins importante qui existe pour ce genre de modèle. Ainsi, de janvier à juillet, Ford a livré 3140 Ranger au pays, comparativement à 88 767 camionnettes de la Série F (les F-150 et Super Duty).

Un seul moteur figure donc au catalogue, un EcoBoost de 2,3 L. Ce 4-cylindres suralimenté, qui produit 270 ch et 310 lb-pi de couple, est jumelé à une boîte de vitesses automatique à 10 rapports et à un système d’entraînement à quatre roues motrices. Ford n’offre pas de Ranger 4x2 au Canada.

Les sièges baquets sont amples et confortables.
Photo courtoisie, Ford
Les sièges baquets sont amples et confortables.

Toutes les versions ont une cabine à quatre portes. La Cabine double, qui a des portes arrière ouvrant à contresens, est jumelée à une caisse de 6 pi, la plus longue. Cette combinaison est proposée en version d’entrée de gamme XL et en version de gamme moyenne XLT. La Cabine SuperCrew, plus spacieuse et dotée de quatre portes normales, est livrée avec une caisse de 5 pi et une dotation XLT ou Lariat, la plus luxueuse du lot. Fait à noter, ces deux combinaisons de cabines et de caisses donnent à la Ranger la même longueur totale.

Une molette située sur la console centrale contrôle les systèmes d’entraînement 4x4 et de gestion de la motorisation.
Photo courtoisie, Ford
Une molette située sur la console centrale contrôle les systèmes d’entraînement 4x4 et de gestion de la motorisation.

L’embrayage et le débrayage du système 4x4 peuvent être effectués pendant la conduite, quelle que soit la vitesse (ou presque). Il suffit d’utiliser une molette située sur la console centrale, à gauche du levier de vitesses. Au centre de cette molette, un bouton portant l’inscription « TM » (pour Terrain Management) permet de choisir un des quatre réglages du système de gestion de la motorisation : Normal, Gazon/Gravier/Neige, Boue/Ornières ou Sable. Ces réglages modifient le niveau de réactivité de l’accélérateur, de même que la programmation de la boîte de vitesses et des commandes du véhicule pour harmoniser le niveau d’adhérence et les performances mécaniques aux aléas de la météo et des conditions routières.

Le tableau de bord a un design classique et une instrumentation partagée entre quelques molettes pratiques, de petits boutons à pression difficiles à départager et des commandes tactiles concentrées sur un écran de 8 po.
Photo courtoisie, Ford
Le tableau de bord a un design classique et une instrumentation partagée entre quelques molettes pratiques, de petits boutons à pression difficiles à départager et des commandes tactiles concentrées sur un écran de 8 po.

POPULAIRE ENSEMBLE FX4

Une garde au sol de 225 mm (5 mm seulement de plus qu’une... Subaru Crosstrek !) de même qu’un porte-à-faux avant court (910 mm) aident la Ranger à franchir des obstacles qui pourrait se dresser sur son chemin. Les amateurs de tout terrain favoriseront toutefois l’ensemble optionnel FX4 hors route.

Cet ensemble populaire comprend des amortisseurs hors route à tarage spécifique, des pneus tout-terrain, un différentiel arrière à verrouillage électronique destiné à optimiser la traction, de même qu’une série de plaques d’acier fixées au châssis pour protéger le carter, le moteur électrique de la servodirection, le boîtier de transfert et le réservoir à essence. Ses amortisseurs et ses pneus plus fermes rendent naturellement le roulement beaucoup moins confortable, un incontournable compromis.

Offert pour 1400 $, cet ensemble figure parmi les options proposées pour toutes les versions de la Ranger. Il est donc possible d’obtenir une Ranger Lariat FX4 hors route comme notre véhicule d’essai, ce qui donne une sorte de camionnette en smoking et bottes de chasse, un genre plutôt hétéroclite !

La Ranger a la capacité de remorquage la plus élevée parmi les « petites » camionnettes, soit 3400 kg (7500 lb). Pour en bénéficier, il faut toutefois exiger l’ensemble de remorquage valant 600 $. Il ajoute un faisceau de câblage à 4 ou 7 broches et un attelage de remorque de classe IV. Sans cet équipement, la capacité de remorquage de la Ranger est limitée à 1588 kg (3 500 lb).

PLUS D’INFORMATIONS, SVP !

Ce détail démontre combien il est important de s’informer avant de finaliser son choix pour un véhicule, surtout une camionnette. D’ailleurs, c’est connu, les consommateurs du 21e siècle aiment glaner des informations sur internet pour préparer leurs achats de véhicules neufs.

Malheureusement, Ford au Canada a choisi de ne plus fournir les versions PDF des brochures de ses modèles sur son site internet, contrairement à Ford aux États-Unis. Cela ne satisfait visiblement pas tout le monde, même parmi les concessionnaires de la marque. Faute de mieux, le concessionnaire de la petite municipalité rurale de Listowel, en Ontario, a d’ailleurs placé sur son propre site internet une version PDF téléchargeable de la brochure de la Ranger... vendue en Afrique du Sud ! Plutôt exotique, vous admettrez.

FICHE TECHNIQUE

Prix de base

28 977 $ (XL cabine double) ; 33 090 $ (XLT cabine double) ; 34 710 $ (XLT SuperCrew) ; 39 165 $ (Lariat SuperCrew).

Transport et préparation

1900 $

Groupe motopropulseur

L4 turbo DACT 2,3 L ; 270 ch à 5500 tr/min, 310 lb-pi à 3000 tr/min. Boîte de vitesses automatique à 10 rapports. 4x4.

Particularités

Suspension indépendante aux roues avant et essieu rigide à l’arrière. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série. Pneus : 255/70R16, 255/65R17, 265/65R17, LT265/65R17, 265/60R18.

Cotes

Empattement : 3220 mm ; longueur : 5355 mm ; largeur : 1861 mm ; hauteur : 1806 mm. Poids : 1974-2014 kg. Capacité de charge : 708 à 748 kg (1560-1650 lb). Capacité de remorquage : 3400 kg (7500 lb). Volume du réservoir : 68 L. Consommation moyenne (essai) : 11,8 L/100 km.

Concurrence

  • Chevrolet Colorado
  • GMC Canyon
  • Honda Ridgeline
  • Jeep Gladiator
  • Nissan Frontier
  • Ram Dakota (2020)
  • Toyota Tacomax

Points forts

  • Places avant confortables
  • Ensemble FX4 attrayant
  • Dimensions pratiques

Points faibles

  • Suspension ferme (FX4)
  • Places arrière réduites
  • Groupe motopropulseur peu homogène

Cotes de l’auteur

  • Cote d’ensemble 7/10
  • Consommation 7/10
  • Équipement 8/10
  • Prix 7/10
  • Apparence 7/10
  • Confort à l’avant 8/10
  • Confort à l’arrière 7/10
  • Comportement 6/10
  • Performance 7/10
  • Rangement 6/10

Un émoji de camionnette

2019 Ford Ranger FX4 SuperCrew
Photo courtoisie

Symbole suprême de la communication non verbale, les émojis ou émoticônes sont devenus omniprésents dans les échanges réalisés à l’aide des téléphones, tablettes et ordinateurs. On en dénombre actuellement environ 3000. Mais parmi ces minuscules images apparues dans les années 2010, il manquait un émoji représentant les camionnettes.

En mai 2018, Nathan Maggio a soumis une série d’émojis représentant des camionnettes au Consortium Unicode, l’organisme indépendant responsable du standard informatique d’échange de textes sur ordinateurs à l’échelle de la planète.

Aujourd’hui, un de ses émojis fait partie d’une liste de « finalistes » qu’Unicode pourrait lancer en 2020 sur toutes les plates-formes informatiques.

Curieusement, Ford a révélé que cette initiative était la sienne dans un communiqué publié le 12 juillet, la Journée mondiale des émoji ! En fouillant un peu, on découvre qu’à l’époque où Maggio a soumis « sa » demande, il était employé de la société Blue State de New York, un spécialise des stratégies numériques ayant pour client... Ford !