/world/pacificasia
Navigation

Les Philippines confirment de premiers cas de peste porcine

FILES-CHINA-LIVESTOCK-ANIMALS-PORK-FOCUS
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MANILLE, Philippines | Les Philippines ont fait état lundi des premiers cas de peste porcine africaine dans l'archipel et ordonné l'abattage de milliers de bêtes pour enrayer la propagation d'une maladie qui fait des ravages, en Asie notamment, et a entraîné une flambée du cours du porc.

Sans danger pour les êtres humains, le virus provoque chez les porcs des fièvres hémorragiques presque toujours fatales.

Il n'y a ni vaccin ni traitement, et la seule façon d'empêcher la propagation de la maladie est l'abattage des troupeaux.

Des cochons porteurs du virus ont été découverts dans deux villes proches de Manille et les autorités ont abattu plus de 7000 porcs dans un rayon d'un kilomètre, a annoncé le ministre de l'Agriculture William Dar.

Il a précisé que le pays n'était pas confronté à une épidémie et exhorté les Philippins à continuer de manger du porc, qui constitue 60 % de la viande consommée dans l'archipel.

Les Philippines sont le huitième producteur de porc au monde en volume, un secteur qui pèse 260 milliards de pesos (4,5 milliards d'euros), selon le ministère de l'Agriculture.

M. Dar a précisé que 14 des 20 échantillons envoyés pour analyse dans un laboratoire britannique étaient porteurs du virus. La maladie a été détectée pour la première fois à Rodriguez, localité à 10 kilomètres à l'est de Manille.

Les autorités soupçonnent les cas de peste porcine de provenir de cochons élevés dans leur arrière-cour par des particuliers qui les nourrissent avec des restes de nourriture jetés par les restaurants et des hôtels.

Le ministère de l'Agriculture a également affirmé que la trace du virus remontait aussi à des paquets de viande congelée introduits en contrebande par des Philippins travaillant à l'étranger et qui auraient ramené de la viande contaminée.

L'Agence des Nations Unies pour l'Agriculture et l'Alimentation (FAO) a appelé début août à un renforcement de la surveillance des frontières pour endiguer la propagation de la peste porcine en Asie, qui a provoqué la mort de 5 millions de porcs en un an, soit par maladie, soit par abattage préventif.