/news/green
Navigation

Un citoyen sur deux veut quitter Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Un citoyen sur deux veut quitter Sainte-Marthe-sur-le-Lac
Photos d’archives

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-MARTHE-SUR-LE-LAC | Un sondage mené par la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac sur les intentions des sinistrés des inondations du printemps dernier révèle que près d'un citoyen sur deux veut déménager.

Les résultats du sondage ont été mis en ligne jeudi dernier sur la page web de cette municipalité située sur la rive nord du lac des Deux Montagnes, dans les Laurentides

Sur 1609 ménages sondés par la Ville, 434 ont pris le temps de faire connaître leurs intentions. Du nombre, 226 familles ont affirmé qu'elles tenaient à demeurer à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, tandis que 208 ont fait part de leur intention de déménager.

Le 27 avril dernier, une portion de la digue qui sépare Sainte-Marthe-sur-le-Lac du lac des Deux Montagnes a cédé, entraînant l'inondation de centaines de demeures. Des dizaines ont dû être démolies, après avoir séjourné pendant des semaines dans l'eau.

Depuis, des sinistrés rencontrés par des médias ont raconté combien le retour à la normale était difficile, se disant dans certains cas abandonnés par la Ville, par le gouvernement et par leurs compagnies d’assurance.

L’un d’eux a exprimé son désespoir en inscrivant des appels à l’aide sous forme de graffitis sur sa maison, rapportait TVA Nouvelles au début du mois.

Digue

Les travaux de renforcement et de rehaussement de la digue, qui opposent présentement plusieurs riverains à la Ville, n'ont guère d'incidence sur les résultats du sondage. En effet, à peine 10 ménages parmi ceux qui ont dit vouloir déménager comptent revoir leur décision si la digue est prête comme prévu cet automne.

La Ville procède présentement à des travaux pour renforcer et rehausser cette fameuse digue, en lui ajoutant 1,5 mètre de hauteur, au grand dam de plusieurs riverains qui déplorent qu'ils perdront leur point de vue sur le lac des Deux Montagnes.

La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, a donné raison à la mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Sonia Paulus, la semaine dernière.

«Je vois difficilement comment on peut s’opposer à davantage de protection quand on repense à ce qui s’est produit le printemps dernier», avait-elle souligné en point de presse.

Selon les données les plus récentes du ministère de la Sécurité publique du Québec, 1611 dossiers ont été ouverts au programme général d’indemnisation et d’aide financière pour Sainte-Marthe-sur-le-Lac, contre 7191 à l’échelle du Québec.

Le ministère a versé en assistance financière près de 35 millions $ à Sainte-Marthe-sur-le-Lac et près de 83 millions $ pour l’ensemble de la province.