/misc
Navigation

Bergevin-Julien: pour au moins deux saisons!

Coup d'oeil sur cet article

Le titre est accrocheur, j’en conviens. Précisons toutefois ceci : si le directeur général Marc Bergevin ne conclut pas une transaction importante au cours des prochains mois... S’il ne dépose pas (cette fois avec succès) une nouvelle offre hostile d’ici cinq semaines, mettons à Brayden Point...

Alors le Canadien disputera la prochaine saison en respect du plan qui consiste à repêcher et à développer. C’est un excellent plan. Mais c’est aussi le deuxième de Marc Bergevin, le premier ne lui ayant pas permis de « réaliser tous ses objectifs » à l’intérieur de cinq ans, comme il l’avait précisé lors de son embauche en mai 2012.

Dans ce premier cycle, le DG s’est montré affamé et actif. Il n’a pas hésité à échanger de jeunes espoirs contre des joueurs plus établis, à preuve les transactions Subban-Weber et Sergachev-Drouin. Il avait un coach modèle « garantie de séries » et il soutenait Michel Therrien dans sa quête.

Puis, le constat brutal fut... presque sept ans plus tard ! Il y avait un sérieux problème d’attitude au sein des troupes. Alors Bergevin a procédé à une transfusion d’ADN. Il a libéré le vestiaire des indésirables Galchenyuk et Pacioretty et, accessoirement, il a justifié au propriétaire la volonté de réussite de son... deuxième plan.

un avenir, mais pas de présent

C’est au cœur de ce second cycle qu’on se retrouve actuellement plongé. Revenons à la genèse de cette colonne. Le Canadien a manqué à son devoir d’entrer en séries à trois reprises au cours des quatre dernières saisons, et il n’y a aucun indicateur de hockey au-delà du 4 avril 2020 à Montréal actuellement. Presque toutes les équipes de l’Est ont pris du galon. Tampa Bay, Boston et Toronto devraient occuper les trois premières positions de l’Atlantique. La Floride sous coach Q va enfin commencer sa saison en octobre. Dans la Métropolitaine, il y a trois gagnants potentiels du Jack Adams derrière le même banc à Philadelphie, il y a Jack Hugues et P.K. au New Jersey, il y a Kakko et Panarin à Manhattan et il y a encore Ovi à Washington et Crosby à Pittsburgh...

Bref, chez le Canadien, il y a un avenir, mais pas de présent. Et cet avenir passe par un dernier repêchage de feu en juin, incidemment à Montréal. Pour y arriver, pour son bien et le vôtre, l’équipe devra manquer à son devoir de séries pour une quatrième fois en cinq ans...

« Pression populaire »

Dans ce contexte, mes respects à ces chroniqueurs avec qui je partage le plaisir sous la forme d’un métier quotidiennement, mais on ne congédie plus un DG ou un coach avec une chronique assassine. Geoff Molson se ridiculiserait s’il cédait à la « pression populaire » en remerciant son DG au terme de la saison à commencer. C’est plutôt la suivante qui sera LA saison de vérité. La quatrième du deuxième cycle de Bergevin. Celle qui devrait voir Claude Julien être remplacé au profit d’un coach de la nouvelle vague qui aura un langage et des schémas adaptés. Celle qui ne pardonnera plus l’exclusion des séries au directeur général.