/sports/opinion/columnists
Navigation

Bianca et son coach...

2019 US Open - Day 13
AFP Employé chez Tennis Canada, Sylvain Bruneau a été libéré de ses obligations pour se consacrer exclusivement à Bianca Andreescu, ces derniers mois.

Coup d'oeil sur cet article

Bianca Andreescu samedi après-midi. Rafael Nadal dimanche après-midi... et dimanche soir. Un des plus grands week-ends de tennis de l’histoire.

Samedi, j’ai eu le plaisir d’écrire à quel point la victoire de Bianca était fabuleuse, historique et gigantesque. Pour elle, pour le Canada et pour le tennis. Toute la une du Journal. Comme il se devait.

Et vous savez, je ne suis pas inquiet pour la suite des choses. Ça ne virera pas à la Eugenie Bouchard.

Quand Bianca a grimpé dans les gradins pour embrasser Sylvain Bruneau, son coach, et serrer sa mère et son père contre elle, j’ai été rassuré. Cette jeune femme a le cœur à la bonne place et elle sera bien entourée.

SYLVAIN BRUNEAU À TENNIS CANADA

Et j’ai été encore plus rassuré hier en jasant avec Louis Borfiga, le maître d’œuvre de l’émergence mondiale du tennis au Canada.

Sylvain Bruneau, le coach de Bianca depuis le début de l’année, demeure employé de Tennis Canada.

« Nous croyons que c’est important. Nous avons décidé de libérer Sylvain de ses autres obligations comme capitaine de l’équipe de la Coupe

Fédération pour qu’il puisse se consacrer à Bianca. Ça va se poursuivre », annonce Borfiga.

UN ENTRAÎNEUR INSPIRANT

C’est évident que Bianca Andreescu pourrait se payer n’importe lequel coach depuis sa victoire à Indian Wells et à la Coupe Rogers. Mais le fait que Bruneau demeure un employé de Tennis Canada est important.

Il demeure un formidable exemple pour la vingtaine de coachs de Tennis Canada qui œuvrent à Montréal, Toronto et Vancouver. Il devient une inspiration.

« Je dois dire que de voir un Québécois être le premier coach à accompagner une de nos athlètes à la première victoire du pays en simple dans un Grand Chelem me fait particulièrement plaisir. Nous sommes très fiers. Chaque entraîneur, même dans les clubs de tennis, partage cette fierté », ajoute Borfiga.

Il a raison. Bruneau pourrait sans doute faire plus d’argent en travaillant directement pour Bianca Andreescu. Mais aurait-il la même liberté de penser et de prendre des décisions ?

Le système mis en place par Borfiga en 12 ans doit avoir du bon. Les résultats sont stupéfiants. Dans le sens le plus fort du mot.

LE FIASCO DE RDS

En général, je trouve que RDS fait du bon travail. Mais samedi soir, la direction a été complètement inepte. Les francophones ont été privés de tout ce qui a suivi la victoire de Bianca à New York. Tout ça pour présenter une entrevue préenregistrée de Marc Bergevin.

Heureusement, j’étais à TSN et j’ai pu suivre les événements et partager les émotions.

Dimanche, j’ai suivi pendant 4 heures et 50 minutes le fabuleux match de Rafael Nadal contre Daniil Medvedev. On a eu droit à 20 secondes après le match. Puis, bêtement, platement, sauvagement, on a coupé pour aller au football.

Dans les Laurentides, Cogeco n’offrait pas la chaîne TSN, qui présentait le match. Les gens n’avaient aucun moyen de voir les moments extraordinairement touchants de Nadal, assis sur sa chaise, pleurant comme Maurice Richard après son but contre Sugar Jim Henry, des Bruins.

Allo ! Y a pas de boss dans la place ?