/misc
Navigation

Canada: Trudeau en tête des intentions de vote pour les législatives

Canada: Trudeau en tête des intentions de vote pour les législatives
Photo d'Archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti libéral (PLC) du premier ministre canadien Justin Trudeau est repassé en tête des intentions de vote pour les élections législatives du 21 octobre, après des mois de coude-à-coude avec les conservateurs, indique un sondage publié mardi.  

La formation centriste est créditée de 38% d’intentions de vote contre 34% pour le Parti conservateur (droite) d’Andrew Scheer, selon cette étude réalisée par l’institut Mainstreet Research, pour le compte du groupe de presse Capitales Médias.   

« C’est une mauvaise nouvelle pour Andrew Scheer et les conservateurs, car les libéraux ont dépassé la barre des 40% dans les provinces du littoral atlantique, au Québec et en Ontario », a observé dans une note Quito Maggi, PDG de Mainstreet Research.   

« Si les élections avaient lieu aujourd’hui (mardi), les libéraux disposeraient d’une majorité confortable » à la Chambre des communes d’Ottawa, a-t-il souligné.   

Ce sondage confirme par ailleurs que le Parti vert d’Elizabeth May pourrait créer la surprise et devenir la troisième formation politique au Parlement fédéral: ce parti, qui ne compte actuellement que trois députés, est crédité de 11% d’intentions de vote.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

La poussée des écologistes se fait au détriment des sociaux-démocrates du NPD qui ne totalisent que 8% d’intentions de vote, selon ce sondage réalisé du 6 au 8 septembre auprès de 1876 Canadiens, avec une marge d’erreur de plus ou moins 2,3%.   

« Il s’agit du meilleur score pancanadien pour le PLC dans nos sondages de 2019 », a observé au journal Le Soleil Luc Fortin, analyste de l’institut Mainstreet, selon qui « c’est peut-être un signe que l’affaire SNC-Lavalin commence à être derrière » les troupes de Justin Trudeau.   

La cote de popularité de Justin Trudeau a en effet lourdement pâti de cette grave crise politique qui a déchiré son gouvernement au début de l’année, sur fond d’accusations d’ingérence dans une procédure judiciaire contre le cabinet d’ingénierie montréalais SNC-Lavalin.   

Si la date des élections législatives est connue depuis longtemps, le 21 octobre, la campagne elle-même n’a pas encore commencé officiellement: Justin Trudeau a jusqu’à dimanche pour dissoudre le Parlement.