/sports/fighting
Navigation

C’est la fin entre GYM et Christian M’Billi

Le pugiliste français sera à la recherche d’un nouveau promoteur en 2020

Christian M’Billi et Yvon Michel ont convenu de mettre fin à leur association à la fin de l’année.
Photo d’archives Christian M’Billi et Yvon Michel ont convenu de mettre fin à leur association à la fin de l’année.

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe Yvon Michel (GYM) et le boxeur Christian M’Billi ont décidé de mettre fin à leur entente de promotion qui viendra à échéance à la fin de l’année, selon ce que Le Journal de Montréal a appris dans les derniers jours.

Il reste encore deux combats en France prévus à l’entente entre les deux parties. Joint en Israël, le promoteur Yvon Michel a confirmé la nouvelle.

« Notre entente avec Christian se termine en décembre, a-t-il souligné. Nous avons décidé d’un commun accord de ne pas renouveler notre association. »

M’Billi (14-0, 13 K.-O.) aurait démontré de l’insatisfaction à quelques reprises au cours de la dernière année. La goutte qui aurait fait déborder le vase est l’annulation de son combat à Londres en sous-carte du duel entre Oscar Rivas et Dillian Whyte, en juillet dernier.

Ressources insuffisantes

De plus, le Français se disait prêt à affronter des adversaires d’un autre niveau, mais Michel n’avait pas les ressources pour organiser les combats souhaités par son protégé.

Comme on le sait, pour faire progresser un boxeur dans les classements mondiaux en 2019, il faut l’appui d’un réseau majeur de télévision. Michel n’en avait pas pour M’Billi, et celui-ci était sur le point de commander des duels qui auraient pu coûter entre 100 000 $ et 150 000 $ en bourses.

On peut croire que le patron de GYM n’était pas prêt à prendre ce risque financier avec celui qui a pris part aux Jeux olympiques de Rio. M’Billi a commencé à s’entraîner au Québec en janvier 2017 et il avait signé un contrat de copromotion avec GYM et Rixa.

Joint par le Journal, l’entraîneur Marc Ramsay ne sait pas si son association se poursuivra avec son protégé après la fin de l’entente entre GYM. Il n’a pas d’entente écrite avec le boxeur. Un dossier à suivre...

Nuages à l’horizon

La question qu’il faut maintenant se poser : est-ce qu’Yvon Michel est en train de préparer sa sortie du domaine de la promotion ? Plusieurs indices pointent dans cette direction.

Selon le site de sa compagnie, il resterait huit boxeurs sous contrat avec son écurie : Eleider Alvarez, Oscar Rivas, Sébastien Bouchard, Marie-Ève Dicaire, Mikael Zewski, Shakeel Phinn, Wilfred Seyi et M’Billi. Dans les faits, c’est seulement cinq. On a appris la libération de Phinn et de M’Billi dans les derniers jours. Et Zewski a seulement une entente verbale avec Michel pour se battre sur les cartes de GYM.

En ce qui a trait aux galas, GYM est copromoteur de la carte présentée le 20 septembre par New Era Promotion. Il y aurait une autre soirée de boxe prévue à l’automne au Centre Vidéotron, à Québec.

Pour ce qui est d’Alvarez et de Rivas, il serait très surprenant qu’ils boxent en sol québécois à leurs prochains combats, qui seront déterminants pour la suite de leur carrière respective. Quant au recrutement, c’est le calme plat depuis la signature à long terme de Seyi. On peut s’interroger sur l’avenir à long terme de cette organisation. Pour le moment, plusieurs questions demeurent sans réponses.