/world/pacificasia
Navigation

Des centaines d’écoles fermées à cause des feux de forêt en Asie du Sud-Est

Des centaines d’écoles fermées à cause des feux de forêt en Asie du Sud-Est
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les fumées toxiques provoquées par de vastes incendies de forêt tropicale en Indonésie ont contraint plusieurs centaines d’écoles à fermer en Asie du Sud-Est, ont indiqué les autorités indonésiennes et malaisiennes mardi.

• À lire aussi: En Australie, un combat «herculéen» contre les feux de forêt

En Malaisie, quelque 400 écoles ont été fermées dans neuf districts de l’État du Sarawak situé sur l’île de Bornéo, dont le territoire est partagé avec Brunei et l’Indonésie.

Plus de 150 000 élèves ont été affectés par ces fermetures, a précisé le département local à l’Éducation.

En Indonésie, des crèches, ainsi que des écoles primaires et secondaires ont été fermées dans la province de Jambi sur l’île de Sumatra, selon les autorités locales qui n’ont pas donné de chiffres précis.

De vastes zones de jungle sur l’île de Sumatra et de Bornéo sont en flammes, mobilisant des milliers de pompiers, après des feux souvent déclenchés pour nettoyer des terrains déboisés avant leur exploitation pour l’agriculture.

Le nombre de « points chauds », les zones à haut risque d’incendie détectées par satellite, a été multiplié par sept à 6.312  en quatre jours début septembre sur les îles de Bornéo et Sumatra, selon l’agence de gestion des catastrophes indonésienne.   

Dans la capitale malaisienne Kuala Lumpur, où les gratte-ciel sont nimbés d’un nuage de pollution, la qualité de l’air s’est détériorée et atteint un niveau « néfaste à la santé », selon l’indice officiel.

Les habitants se plaignent d’une odeur de brûlé et d’une pollution irritante.

« Ça fait mal aux yeux et cause des problèmes respiratoires », souligne Indah Sulistia, une touriste indonésienne interrogée par l’AFP à Kuala Lumpur.

La brume provoquée par la pollution enveloppe aussi Singapour tandis que les autorités thaïlandaises ont conseillé aux habitants de porter des masques de protection dans le sud du pays.

Jakarta a déployé des milliers de personnes supplémentaires pour combattre les incendies ces derniers mois, souhaitant éviter la situation de 2015 où les pires incendies en deux décennies avaient étouffé la région dans un nuage de fumée géant et provoqué une crise diplomatique avec les pays voisins.