/opinion/blogs/columnists
Navigation

Il ne faut pas toucher aux tresses de Ste Greta !

Il ne faut pas toucher aux tresses de Ste Greta !
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

  

Pour les 30 ans du magazine Elle Québec, on imagine le monde dans 30 ans. Donald Trump sera mort ("et enterré au Mexique"), Michelle Obama aura été la première femme présidente des États-Unis et Greta Thunberg sera ... présidente du G20 !   

Misère ! Est-ce possible d’être plus à plat ventre et en admiration béate devant Sainte Greta ?   

Voilà maintenant que si vous critiquez le début du commencement d’une amorce de tresse de la canonisée suédoise, vous vous faites traiter de Gretaphobe. L’expression est utilisée par l’émission Dans les médias à Télé-Québec, qui nous promet pour sa première un « bêtisier » des pires commentaires au sujet de Ste Greta.   

Dans La Presse, la toujours aussi modérée Pascale Navarro écrit que si Greta Thunberg est critiquée, c’est parce qu’elle est une jeune femme qui s’en prend au « modèle du patriarcat dominateur et traditionaliste ». Misère !  

Elle va même jusqu’à comparer le combat de Greta au combat de Malala : « Toutes ces jeunes femmes attaquent quelques-uns des fondements du patriarcat : la violence de la domination (par les armes, par la force), la mise au silence des femmes et leur chosification, la destruction du vivant. » Hé la la, rien que ça ?   

On apprend que Greta va venir au Québec, on lance « un appel à la grève climatique à travers le Québec le 27 septembre prochain ». Bref, c’est la Gretaphilie. François Legault est ouvert à rencontrer Greta, mais il ne l'a pas invitée à l'Assemblée nationale ? Il se fait accuser de crime de lèse-majesté ! C'est "crois ou meurs", "Agenouille-toi devant Sa Sainteté".  

Coudonc, les verts confondent-ils une invitation et une sommation à comparaître ?  

Ce que je pense personnellement de Greta Thunberg ? Disons que j’ai beaucoup souri en lisant ce que le philosophe français Michel Onfray a déclaré au journal berlinois Die Welt, en réponse aux critiques qui n’avaient pas apprécié sa charge à fond de train contre Greta.   

Vous pouvez retrouver l’intégrale de l’entrevue ici mais je vous en propose quelques extraits choisis.   

  

  

DW: Elle pourrait très probablement être candidate au prix Nobel de la Paix. Serait-elle une bonne candidate?  

  

MO: Elle est au lycée, n’a pas encore le bac, fait la grève de l’école, et va bientôt être nommée docteur honoris causa d’une université belge... Je propose qu’on la nomme tout de suite présidente d’un gouvernement mondial selon le souhait de Jacques Attali et que, dans la foulée on lui décerne le prix Nobel de médecine, avant la médaille Fields, le premier prix du Concours Chopin et la Palme d’or à Cannes. Soyons sérieux...  

  

(..)  

Et si elle était un jeune homme? Provoquerait-elle les mêmes réactions chez vous (et chez vos confrères)?  

  

MO: Vous n’êtes pas bien loin de l’insulte... Je vois sous votre question pointer l’accusation de misogynie ou de phallocratie. Mais le féministe que je suis ne sépare pas les hommes des femmes. Si une femme dit des sottises, je dit qu’elle dit des sottises, non pas parce quelle est une femme -précisions: une jeune fille...-, ce qui serait être vraiment misogyne, mais tout bêtement parce qu’elle dit des sottises. L’égalité oblige à un traitement égal: une bêtise est une bêtise, peu importe qu’elle soit proférée par un homme ou par une femme. Si une femme dit que la terre est plate et que je dis qu’elle se trompe, serais-je misogyne? Ou faudrait-il, au nom d’un féminisme dévoyé, dire qu’elle a raison, tant pis pour la vérité?