/news/education
Navigation

La Commission scolaire English-Montréal annonce un recours judiciaire contre Québec

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La Commission scolaire English-Montréal (CSEM) a annoncé mardi matin un recours judiciaire contre le gouvernement du Québec pour bloquer le transfert de deux de ses écoles à la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île (CSPI). 

En juin dernier, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, avait annoncé vouloir céder les écoles anglophones General Vanier et John Paul I, situées dans l’arrondissement Saint-Léonard à Montréal, à la CSPI pour tenter de régler le problème de surpopulation dans le réseau francophone montréalais. 

La CSEM n'a pas digéré cette décision et prévoit un montant pouvant aller jusqu'à 1 million $ pour faire valoir son point devant les tribunaux, a fait savoir la présidente de la commission scolaire, Angela Mancini, en point de presse mardi. L'argent provient des surplus de la CSEM. 

«Pour moi, ce n'est pas une guère linguistique. Pour moi, c'est une question de droit, et nos droits comme communauté anglophone de pouvoir être capable de pouvoir contrôler et gérer nos propres écoles, ce qui est permis dans la constitution canadienne», a poursuivi Mme Mancini, qui estime que Québec est dans le tort en s'arrogeant le droit de transférer des écoles anglophones vers le réseau francophone 

Le ministre Roberge avait déjà affirmé qu'à son avis, le projet de loi ordonnant le transfert «respectera toutes les balises juridiques déjà existantes». 

Les commissaires d'EMSB devraient passer moins de temps à faire de la politique et plus de temps à se consacre à la réussite des élèves», avait-il ajouté. 

«Nous avons le plus haut taux de réussite de toutes les commissions scolaires du Québec. Nous n'avons pas de leçon à recevoir du ministère de l'Éducation», a répliqué le vice-président de la CSEM, Joe Ortona, mardi. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.