/sports/hockey
Navigation

«Le Colisée, c’était chez nous!» dit Michel Bergeron

Michel Bergeron
Photo d'archives, Dominick Gravel Michel Bergeron

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les démarches pour la démolition du Colisée Pepsi, à Québec, sont officiellement entamées, l’ex-entraîneur des Nordiques, Michel Bergeron, en avait long à dire sur la relation qu’il entretenait avec l’aréna.

Il était de passage dans l’émission de Mario Dumont à QUB radio, mardi, pour partager quelques anecdotes.

Il a raconté qu’il pouvait, à l’époque, se présenter sur les lieux à tout moment.

«Un moment donné, j’avais eu un problème de santé, de double vision. J’étais allé au Colisée à 22 h alors que tout était rétabli. J’avais demandé au préposé d’allumer les lumières. J’étais allé patiner seul pour voir si ma vision était correcte. C’était comme tout à fait normal. C’était chez nous. Le Colisée, c’était chez nous! J’avais les clés d’à peu près tous les appartements», a déclaré Bergeron.  

  • ÉCOUTEZ Michel Bergeron qui revient sur encore plus de souvenirs liés au Colisée Pepsi :  

 

 

L’analyste de TVA Sports a aussi parlé de l’appel du maire de Québec, Régis Labeaume, pour lui offrir ce qu’il voulait dans l’établissement il y a quelques années. Il a finalement choisi les deux bancs où s’assoyait sa femme qui «n’a jamais manqué un match», selon ses dires.

«Lorsque la décision a été prise, le maire Labeaume m’a appelé, il m’a dit: “Michel, pour ce que tu as fait pour la ville de Québec, les Nordiques, le Colisée, avant qu’on démolisse le Colisée, tout ce que tu veux dans le Colisée, c’est à toi.”»