/portemonnaie/job
Navigation

Le décès d’un employé après des relations sexuelles déclaré accident de travail

 Le décès d’un employé après des relations sexuelles déclaré accident de travail
nito - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Un banal adultère pendant un voyage d’affaires s’est transformé en drame grec impliquant la famille et l’employeur de l’homme infidèle décédé après l’acte, rapporte le Times of London.

Lieu : Une chambre d’hôtel à Meung-sur-Loire, près d’Orléans en France.
Date : Février 2013.

Après une séance acrobatique avec une inconnue rencontrée dans les rues de la petite commune du centre de la France, Xavier X* tombe, victime d’une crise cardiaque.

Suite au décès de l’ingénieur, une procédure judiciaire considère qu’il est mort dans l’exercice de ses fonctions et que cet accident de travail demande, comme tout autre, que l’employeur rétribue la famille du défunt.

Seulement, la compagnie de construction de chemins de fer TSO, où travaillait Monsieur X, n’accepte pas le jugement et fait appel.

Son ancien employé, paix à son âme, n’est pas mort pendant qu’il assurait ses fonctions, déclare-t-elle, mais à cause «des rapports adultères qu’il a entretenu avec une complète inconnue».

Aurait-ce changé quelque chose s’il l’avait connue? Aucune précision à ce sujet.

La cour d’appel refuse en tout cas aujourd’hui les contestations de l’entreprise de construction et proclame qu’un employé en mission «a droit à la protection de son employeur pour la durée de la mission, [...] que l’accident ait lieu dans le cadre de l’activité professionnelle ou de la vie normale».

Elle confirme de ce fait le jugement précédent qui stipulait qu’un «acte sexuel est une activité de la vie quotidienne, comme prendre une douche ou manger un repas». Un très bon repas, cela s’entend...

Par conséquent, l’épouse trompée et ses enfants auront droit à une pension mensuelle constituant 80% du salaire de Xavier X jusqu’à son âge légal de départ à la retraite, ainsi qu’une part de sa pension potentielle.

C’est ce qu’on appelle avoir le mort et l’argent du mort.

 

* : le nom de famille du défunt n’est pas connu.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux