/news/politics
Navigation

Les conservateurs remportent leur pari au Manitoba

Les conservateurs remportent leur pari au Manitoba
Photo d'archives, Matthew Usherwood

Coup d'oeil sur cet article

WINNIPEG – Le chef du Parti progressiste-conservateur du Manitoba, Brian Pallister, a remporté haut la main son pari mardi soir, en remportant une solide majorité lors des élections législatives tenues dans la province.

Les conservateurs ont reçu la faveur de 47,2 % des électeurs, dominant de loin le Nouveau Parti démocratique qui arrive au deuxième rang avec 31,2 % des voix.

En termes de sièges, les conservateurs ont remporté 36 circonscriptions sur les 57 que compte la province des Prairies, contre 18 pour les néodémocrates. Les libéraux suivent loin derrière avec l'appui de 14,5 % de la population et seulement trois sièges concentrés à Winnipeg.

Il s'agit d'une victoire sur toute la ligne pour M. Pallister, qui avait fait le pari de briguer un second mandat avec un an d'avance. Le leader conservateur avait justifié ce choix en affirmant avoir déjà complété son programme et souhaitait soumettre ses nouveaux projets à la population, avant d'aller de l'avant.

Cette élection ne changera pratiquement rien au rapport des forces en présence à l'Assemblée législative du Manitoba. Les néodémocrates se retrouvent avec un plus grand nombre de sièges – 18 contre 12 à la dissolution de l'Assemblée –, mais ceux-ci sont insuffisants pour priver les conservateurs de leur majorité.

Le chef des néodémocrates, Wab Kinew, a concédé la victoire à Brian Pallister. «Mais je ne crois pas que nous ayons perdu ce soir. Je crois que nous avons envoyé un message fort, et les sièges que nous avons repris montrent très clairement que les Manitobains souhaitent que nous soyons, non seulement la conscience et l'opposition, mais aussi la bouée progressiste du Manitoba», a-t-il jugé, tout sourire, dans un discours prononcé devant ses militants.

«Vous avez fait votre choix. Pas vers l'arrière. Vers l'avant», s'est pour sa part réjoui Brian Pallister en remerciant les Manitobains.

«Nous avons besoin de mieux écouter. Nous avons besoin de mieux communiquer ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons», a cependant reconnu M. Pallister lorsqu’interrogé sur les sièges perdus par son parti au terme de la soirée électorale.

«Je crois aussi qu'il est faux de considérer deux victoires de suite avec l'appui de la moitié de la population comme une rebuffade», a-t-il poursuivi peu après.

Le résultat électoral met aussi en lumière la dichotomie qui sépare Winnipeg du reste de la province. En effet, le vote néodémocrate s'est nettement concentré dans la capitale, avec celui pour les libéraux, tandis que les conservateurs ont effectué leur gain un peu partout ailleurs dans la province, à l'exception des quatre circonscriptions plus nordiques.

À peine 55,7 % des électeurs se sont prévalus de leur droit de vote.

Élus majoritaires en 2016 avec 53,1 % des voix, les conservateurs avaient, à l'époque, mis un terme à 17 ans de gouvernement néodémocrate au Manitoba.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.