/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les oubliés du débat sur la laïcité

L’appui à la laïcité, tant au Québec qu’au Canada anglais, est plus important qu’il n’y paraît.

Les oubliés du débat sur la laïcité
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’appui à la laïcité, tant au Québec qu’au Canada anglais, est plus important qu’il n’y paraît.   

  

Les oubliés du débat sur la laïcité
Le Journal de Québec

Les oubliés du débat sur la laïcité  

J’ai reçu au cours des derniers jours un long message de la part d’une personne qui enseigne dans une école publique de la grande région de Montréal. Cette fois-ci, j’ai répondu. Vérification d’usage, cette personne existe. Mais tient à garder l’anonymat.  

En gros, j’apprends que cette personne a déjà porté un signe religieux, mais qu’elle s’est détachée de celui-ci avec le temps. Au Québec depuis cinq ans, celle-ci «vit sa religiosité dans le calme de son intimité», je la cite.   

Cette personne a déjà porté un signe religieux dans une école où elle a enseigné. L’an dernier, lors de la rentrée, elle ne le portait plus. Personne ne l’a remarqué. Ou si peu: «Ma famille et moi nous sommes éloignés de ceux qui sont les plus militants de notre religion, ceux qui contribuent à la stigmatisation des nouveaux arrivants, notamment, en insistant sur la pratique la plus rigoriste de la religion.» 

Mais surtout, ce qui m’a particulièrement interpellé, c’est la déception de cette personne par rapport à un aspect bien particulier de la discussion que nous tenons au Québec sur la laïcité: l’absence presque totale de voix en faveur de la laïcité en dehors des «de souche»!   

Je cite un passage de notre dernière conversation: «C’est difficile de prendre racine dans son nouvel environnement quand on se sent sans cesse exclu des débats les plus importants, comme si tout était convenu d’avance. T’es “de souche”, t’es pour la laïcité; t’es un nouvel arrivant, tu ne l’es pas. La réalité est beaucoup plus nuancée, vous savez!»  

J’ai bien insisté pour que cette personne se nomme, qu’elle témoigne visière levée. Pas question. Elle a pointé – non sans raison – vers la caractérisation presque caricaturale de ceux qui prennent la parole dans ce débat. Des enseignantes voilées qui sont en fait des militantes, ou encore les mêmes voix de femmes musulmanes laïques à qui l’on demande la contrepartie.   

«Pas question, pour moi, de prendre part à un débat si mal engagé. Inévitablement, on ferait une caricature militante de moi. Ce que je ne suis pas.»   

  

Les oubliés du débat sur la laïcité
GUILLAUME PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Les «activistes»  

Dans sa chronique d’aujourd’hui, ma collègue Denise Bombardier soulève un point intéressant concernant le début de l’application de la loi 21 dans le système scolaire québécois: ceux et celles qui se présenteront au boulot en revêtant un signe religieux ne pourront plaider l’ignorance de la loi.   

En ce sens, ceux et celles qui le feront ne sont rien de moins que des «activistes», des militants:   

«Les directeurs généraux des commissions scolaires responsables d’appliquer la loi connaissent les sanctions par gradation qui doivent être appliquées en cas de refus de retirer les signes religieux ostentatoires.  

«Et il faut faire preuve d’une candeur inqualifiable pour croire que des candidats à l’enseignement affichant des signes religieux ignorent la loi 21. Ces candidats sont des activistes dont l’objectif est d’ajouter aux tensions sociales.»  

Ayant eu beaucoup de route à faire hier, j’ai pu écouter les trois heures de l’émission du retour de Radio-Canada Montréal. La congestion routière aidant, en passant.  

C’est fou, l’énergie qui est consentie afin de recenser une demi-douzaine de cas d’enseignantes «qui seraient forcées de retirer leur signe religieux». Pardon? Ces enseignantes voilées « exigent » de le porter en dépit d'une loi qui a été votée, légitimement, démocratiquement. Quiconque se présente au boulot en sachant que son poste est l’un des rares qui sont visés par la loi 21 le fait en toute connaissance de cause, en sachant que la consigne est d’appliquer cette loi.  

Une demi-douzaine de cas sur plusieurs milliers d’enseignants quand on considère que Radio-Canada traitait hier des cas de deux des plus grandes commissions scolaires du Québec, soit la Commission scolaire de Montréal et la Commission scolaire de Laval.   

Le journaliste a pris soin d’établir qu’il n’existait pas de données sur le nombre d’enseignant(e)s qui avaient accepté de retirer leur signe religieux pour pratiquer leur profession.   

Comme la personne dont je parle plus haut, peut-on penser que ces enseignant(e)s refusent tout simplement de participer à un freak show pour militants ou activistes? Car on ne devrait pas faire la nouvelle pour avoir, tout simplement, respecté la loi.   

  

Les oubliés du débat sur la laïcité
SÉBASTIEN ST-JEAN/AGENCE QMI

La vérité qui dérange...  

Le mot de la fin à ce fin renard qu’est Jean-François Lisée. Ce dernier a publié sur le site web de la CBC un texte intitulé «The inconvenient truth about Quebec's secularism law Trudeau doesn't want to face: it's popular» (traduction: La vérité qui dérange à propos de la loi sur la laïcité québécoise que Trudeau ne veut pas affronter: cette loi est populaire).  

Car bien que plusieurs chroniqueurs du Canada anglais espèrent du chef libéral que celui-ci se dresse en pourfendeur de la loi 21 et qu’il appuie de manière véhémente toute contestation judiciaire de celle-ci, la réalité est plus compliquée.   

Pas mal plus nuancée que ce que l’on rapporte dans les médias, dont on sait qu’ils ont une dent contre la loi 21. Tant dans le ROC qu’au Québec, en passant.  

Cette vérité qui dérange, c’est que la loi 21 du Québec recueille beaucoup d’appuis dans le Canada anglais. Lisée l’explique dans son texte à force de références. Et au Québec, une majorité très claire est en faveur de la laïcité.   

Lisée, à propos de la tergiversation de Justin Trudeau, lui dont on ne peut douter qu’il exècre cette loi:   

«Le projet de loi est entré en vigueur à la fin du mois de juin et aucune mesure n'a été prise depuis. Au contraire, le gouvernement libéral s'est montré évasif et a tergiversé sur la question. Pourquoi?  

«Il y a une donnée gênante sur la voie qui mène à l’anéantissement de cette loi québécoise: l'opinion publique. L'opinion publique québécoise, certes, mais l'opinion publique canadienne également. Une donnée dont on se désintéressera sans doute au lendemain de l'élection, mais pas le matin avant.»  

Voilà pourquoi Justin Trudeau ne s’engage pas, pour le moment, à tout faire pour invalider la loi 21. L’idée de la laïcité (secularism en anglais) est trop populaire dans le Canada anglais et au Québec pour que les chefs de parti s’engagent à tout faire pour anéantir la loi 21.   

De ça non plus, on ne parle pas trop souvent.   

Les défenseurs tous azimuts du multiculturalisme – par «activisme», essentiellement – préfèrent entretenir ce discours manichéen selon lequel il n’y a qu’une poignée de dégénérés «de souche» allergiques à la «diversité» pour appuyer la loi 21.   

Admettre que l’appui à la laïcité est pas mal plus important qu’il n’y paraît « does not fit the narrative », comme on dit dans la langue de Shakespeare, ou ne correspond pas à l’angle que l’on veut privilégier par rapport au sujet!