/world/europe
Navigation

Russie: un ancien professeur s’immole contre la disparition d’une langue régionale

RUSSIA-POLITICS-VOTE-FLAG
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien professeur d’université est mort en s’immolant par le feu mardi en Russie, en signe de protestation contre la disparition de l’identité et de la langue de sa région natale, ont rapporté les autorités et médias locaux.

Albert Razine, 79 ans, sociologue et universitaire à la retraite était connu pour son combat en faveur de la langue oudmourte, parlée dans une région de l’Oural. 

Des photos diffusées dans les médias locaux à Ijevsk, la capitale de l’Oudmourtie, ont montré un homme se tenant devant le Parlement régional avec des pancartes « Ai-je une patrie? » et « Si mon langage disparaît demain, je suis prêt à mourir aujourd’hui ». 

Une vidéo sur les réseaux sociaux montre les pancartes déposées sur le sol tandis que l’homme se tient debout englouti dans les flammes. 

Selon l’hôpital local cité par les agences russes, Albert Razine est décédé en raison des brûlures sans jamais retrouver conscience. 

Le Comité d’enquête russe a de son côté confirmé l’identité du militant et expliqué son geste par sa volonté « de défendre la langue oudmourte », qui appartient à la famille des langues finno-ougriennes parlées en Scandinavie et dans l’Oural. 

Albert Razine « était l’un des seuls à critiquer ouvertement les politiques actuelles à propos des minorités » ethniques et nationales, nombreuses en Russie, a écrit Uralistica, un groupe Facebook destiné à la promotion des langues et cultures de la région. 

Le Parlement oudmourte a annoncé avoir annulé sa cession de mardi. 

Albert Razine et d’autres militants ont demandé aux autorités régionales en 2017 de prendre des mesures pour sauver la langue oudmourte, qui perd en popularité face au russe dans les écoles et institutions locales. 

L’oudmourte est une langue officielle dans la région et les cultures indigènes bénéficient d’un statut spécial, mais une loi adoptée l’année dernière rend son utilisation facultative dans les écoles. Les militants craignent que cela mène à sa disparition.